Gérard Collomb en visite officielle à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Gérard Collomb en visite officielle à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet

Affaire Benalla : Collomb annonce la saisine de l’IGPN

L’affaire du collaborateur d’Emmanuel Macron filmé en train d’agresser des manifestants le 1er mai dernier ne cesse d’enfler. Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’il allait saisir l'inspection générale de la police nationale.

Le journal Le Monde a révélé mercredi soir qu'Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet du président, a été filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai dernier. Une information qui a déclenché l'ouverture d'une enquête préliminaire du parquet de Paris. De son côté, Gérard Collomb, questionné sur le sujet ce jeudi à l'Assemblée nationale, a “condamné sans ambiguïté un acte inadmissible” et indiqué qu'il allait saisir l'inspection générale de la police nationale (IGPN).  “Il appartient à la justice d’établir les faits. Mais je veux souligner que ces deux personnes n’avaient aucune légitimité pour intervenir. Elles avaient été autorisées par la préfecture de police de Paris, à assister, en tant qu’observateurs, au déroulement d’un service de maintien de l’ordre d’une manifestation”, a précisé le ministre. Des réponses insuffisantes pour le sénateur PS Rémi Féraud, qui avait demandé au ministre : “Que faisait Alexandre Benalla sur place ? Qui lui a donné l’autorisation ? Quelles consignes aux policiers ? Y a-t-il eu d’autres faits de même nature lors d’autres manifestations ? Pourquoi cette affaire rendue publique hier a été dissimulée ?

Cette affaire secoue la présidence de la république qui avait seulement mis à pied 15 jours et muté dans un autre service Alexandre Benalla pour les faits qui lui sont aujourd'hui reprochés. Questionné sur le sujet en déplacement a seulement répondu : “la République est inaltérable”. De son côté, l'opposition a dénoncé “un scandale d'état”. Laurent Wauquiez a demandé à Emmanuel Macron “de s’exprimer pour faire la lumière sur ces faits”.  “Qui était au courant à l’Élysée ? Y a-t-il eu des manœuvres pour étouffer cette affaire ? Aujourd’hui on a le sentiment que l’Élysée se croit au-dessus de tout”, a ajouté le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.

à lire également
Alors que le ministre de l’Intérieur était en déplacement dans le Vercors ce vendredi, le syndicat de police Alliance Police Nationale dénonce l’insécurité "catastrophique" de la ville, qualifiée de "Chicago français".
1 commentaire
  1. Galapiat - 20 juillet 2018

    Collomb voit avec le comportement qu'il a eu pour l'affaire Benalla son ambition de retour post ministérielle plus que compromise, saisir l'IGPN 50 jours après avoir eu connaissance des faits ça ne passe pas ;on attend maintenant sa démission .

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut