Meirieu demande la création d’un parti Europe Écologie

Ce week-end se tiendront un peu partout en France des conventions régionales de l’écologie politique. Les débats devraient tourner autour de l’avenir du rassemblement Europe Écologie. Philippe Meirieu a anticipé les débats et appelé à la création d’un parti politique.

Dans une lettre ouverte à Cécile Duflot et Daniel Cohn-Bendit, Philippe Meirieu, tête de liste d’Europe Écologie en Rhône-Alpes lors des régionales de mars 2010, appelle à la création d’un parti politique, Europe Écologie. Depuis le soir du second tour, Verts et candidats de la société civile réfléchissent à la suite à donner à une aventure qui a fait de leur rassemblement écologiste la troisième force politique de France. Jusqu’à présent, les membres des Verts traînent les pieds de peur de voir leur parti absorbé dans un mouvement plus large même si Cécile Duflot, la numéro 1 des Verts a récemment évoqué la création du parti qui dépasse le simple cadre des Verts. Dany Cohn-Bendit réclame lui la fusion des deux entités qui constituent aujourd’hui Europe Écologie.

Un débat d’actualité ce week-end

À la veille des conventions régionales de l’écologie politique qui se tiendront samedi un peu partout en France, Philippe Meirieu, cosignataire de cette lettre avec Éric Loiselet, conseiller régional en Champagne-Ardenne, et Robert Lion, élu en Île-de-France, anticipe les débats de ce week-end qui tourneront pour beaucoup autour de l’avenir du rassemblement écologiste qui s’est inscrit durablement dans le paysage politique.

“Tendez-vous la main”

Dans sa lettre ouverte, Philippe Meirieu se positionne quelque part entre les deux têtes pensantes du rassemblement écologique. Il veut la création d’un parti dans les six prochains mois sur la base d’une coopérative politique. Il demande aussi que les militants Verts deviennent les militants Europe Écologie mais sans renier l’héritage des Verts. Philippe Meirieu joue aussi au casque bleu : “cher Dany et chère Cécile, tendez-vous la main et asseyez-vous côte-à-côte”. Les querelles de personnes polluent le débat entre Verts et non-Verts jusqu’à présent. “Cette tension est naturelle et normale dans la construction d’un nouveau mouvement”, admet Philippe Meirieu.

L’urgence de la création

Durant le processus de création du parti, il demande aussi à ce qu’Europe Écologie prenne des positions sur des sujets nationaux comme les retraites, le G20 ou l’éducation afin que le rassemblement joue “dès maintenant dans le débat public le rôle qui revient à la troisième force politique de notre pays. C’est dès aujourd’hui que la crédibilité d’Europe Écologie se joue”. Depuis les élections régionales, les membres d’Europe Écologie ont essentiellement disserté sur leurs questions internes. Et pour l’heure, aucune réponse n’en est clairement sortie. Les débats devraient avancer ce week-end. Cécile Duflot comme Dany Cohn-Bendit se sont fixés un ultimatum : leur parti doit naître dans les six prochains mois. “J’ai bon espoir”, nous a confié l’ancienne tête de liste du rassemblement. Le parti n’est pas encore créé mais déjà les Verts et Europe Écologie ont trouvé un accord sur l’adhésion de militants. Depuis vendredi dernier, Europe Écologie peut recruter des adhérents. Un point qui avait cristallisé des tensions entre Verts et non-Verts. Les murs de la création d’un parti sont posés. Ne reste plus qu’à en poser les fondations politiques. Les militants peuvent désormais adhérer mais la question du “à quoi” reste à régler.

à lire également
Coordinateur du projet Transenvir, Stéphane Frioux et son équipe vont prochainement mettre en ligne un site consacré à l'histoire des politiques de transition environnementale face aux risques environnementaux dans l'agglomération lyonnaise. Entretien avec ce maître de conférences à l'université Lyon 2 et chercheur au laboratoire Larhra. Lyon Capitale : Après la démission de Nicolas Hulot du […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut