Lyon : 1,4 million d’euros pour l’opéra, les élus RCES s’inquiètent

Serge Dorny, Directeur de l’Opéra de Lyon, a été épinglé le 10 mai dernier pour ses notes de frais jugées trop élevées par le nouveau pure player Médiacités. Les élus du rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES), alliance entre EELV et le Parti de gauche, appellent à la vigilance.

Selon Myriam Laïdouni Denis, élue RCES et membre de la commission culture Auvergne-Rhône-Alpes, "la Région s’apprête à voter une nouvelle subvention de 1,43 million d’euros pour l’Opéra de Lyon". Elle décide alors de "lancer l’alerte", quelques jours après le scandale autour du Président de l’Opéra Serge Dorny, épinglé pour "des notes de frais exorbitantes".

"Pour que la nouvelle subvention ne parte pas dans un stylo"

Voyages, stylos, dîners à Lyon et à Paris… Pour le directeur de l’Opéra, "le souci des deniers publics n’est pas flagrant", déplore Myriam Laïdouni Denis. Selon le journal Médiacités, les notes de frais de Serge Dorny "s’élèvent en moyenne à 8 000, 8 500 euros par mois", à quoi il faudrait ajouter "une rémunération (...) de l'ordre de 20 000 euros mensuels", selon des sources internes. Un train de vie qui fait d’autant plus polémique que l’Opéra de Lyon est financé à près de 80 % par l’État. L’élue RCES se dit "très choquée de ces révélations" et demande que "la nouvelle subvention de 1,4 million d’euros à l’opéra de Lyon ne parte pas dans un stylo".

"Pour que le contrôle de l’utilisation de l’argent régional soit effectif"

L’élue issue de l’association d’EELV et du Parti de gauche a lancé "une nouvelle alerte pour que le contrôle de l’utilisation de l’argent régional soit effectif". Elle a par ailleurs affirmé que le sujet serait rapidement abordé au sein de l’institution de la place de la Comédie. "La Vice-Présidente Verney Caron m’a assuré poser la question lors du prochain Conseil d’Administration", a-t-elle annoncé. À l’échelle de la Région, l’entourage de Laurent Wauquiez avait certifié qu’il allait "exiger, pour l'ensemble des structures subventionnées, une plus grande rigueur dans la maîtrise de l'argent public et des frais de fonctionnement".

à lire également
Téléphérique de Grenoble
A Grenoble, le prix médian du mètre carré de l’ancien est en baisse de 6,4% par rapport à 2017. Des chiffres dus à des acheteurs déterminés à négocier, et à Lyon, plus attractive que la cité alpine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut