Les communautés urbaines s’en prennent au gouvernement

L’association des présidents de communautés urbaines s’est réunie en cette fin de semaine à Bordeaux. Elles ont adressé un carton rouge à la réforme des collectivités territoriales étudiée en ce moment par le gouvernement.

Alain Juppé, président de la communauté urbaine de Bordeaux et aussi ancien ministre de Nicolas Sarkozy, avait attaqué tellement fort qu’il a dû s’excuser. Dans une interview accordée à Sud-Ouest, il avait fini son raisonnement sur la taxe professionel par un vibrant : “C'est tout de même se foutre du monde”. Une phrase qui témoigne bien de la colère des présidents de communautés urbaines qui se sentent en danger depuis quelques semaines. Dans le cadre de la mise en place de la taxe carbone, la taxe professionnelle leur a été retirée. Et puis se profile à l’horizon la réforme des collectivités territoriales. L’existence des communautés urbaines n’est pas remise en cause mais ils ne voient pas de sensibles améliorations pointer le bout de leur nez. “Ces réformes sont loin de constituer un acte 3 de la décentralisation. L’Association des communautés urbaines de France y voit plutôt l’acte 1 de la recentralisation. Nous attendions beaucoup d’une réforme territoriale qui aurait permis que s’exprime l’excellence des territoires ruraux comme urbains, des petites villes comme des grandes agglomérations(...) les grands axes de la réforme institutionnelle ne répondent pas à ces préoccupations”, glisse-t-elle dans un communiqué.

Depuis la fin de l’été, Gérard Collomb repète à qui veut l’entendre qu’il est farouchement opposé à la réforme que prépare le gouvernement. “J’étais un de ceux qui pensaient que l’on pouvait faire quelque chose de très bien mais là on va juste donner plus de pouvoir au préfet. Au lieu d’avoir des politiques locales globales, elles seront éclatées. Il s’agit d’une réforme régressive”, nous confiait-il fin août. Les présidents des communautés urbaines ont dans leur communiqué indiqué les points sur lesquels ils attendent des améliorations. On retrouve notamment une idée chère à Gérard Collomb : la métropolisation. Dans la réforme des collectivités locales, elle n’est pas mise en avant. Ils réclament aussi dans leur résolution l’élection des conseillers communautaires au suffrage direct et plus de compétence. Après les excuses d’Alain Juppé, pas sur que leur “coup de gueule” soit bien entendu.

à lire également
Un sondage Ifop publié ce jeudi par Paris Match renforce l’idée d’une double investiture de Gérard Collomb à la ville de Lyon et à la métropole. Une enquête commandée par un mystérieux think tank “Lord Nelson”, qui s’avère être une conciergerie du 6e arrondissement.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut