L’audit commandé par Wauquiez très critique sur les années Queyranne

Après une campagne des régionales axée sur la critique des années Queyranne, Laurent Wauquiez avait annoncé qu’il commanderait un audit pour appuyer ses dires. Ernst & Young lui a rendu en mai son rapport.

L'audit mis à disposition du journal Le Progrès est très critique sur les choix politiques de l'ancien président du conseil régional. Outre les dossiers Erai et de l'hôtel de région, il pointe une “forte dégradation des équilibres financiers”, “un recours massif à l'endettement”, “un accroissement des taux d'imposition”, “une maîtrise de la dépense insuffisante” et “une politique de subventionnement coûteuse”, soit à peu près tous les griefs qu'avait émis le candidat Wauquiez face à son adversaire pendant la campagne des élections régionales et tout ce qu'il proposait de changer.

“Il n’aime que salir”

Jean-Jack Queyranne a réagi dans les colonnes du quotidien, en indiquant : “Je n'ouvrirai même pas ce rapport, qui n'est autre qu'un rapport à charge commandé par M. Wauquiez.” L'ancien président du conseil régional se questionne aussi sur le “coût” de cette commande de la Région. Il regrette de ne pas “avoir été reçu” par Ernst & Young et s'interroge sur “l'éthique” du cabinet d'audit et de Laurent Wauquiez. “Il n'aime que salir”, a-t-il lâché à propos de ce dernier.

La CRC plus nuancée qu’Ernst & Young

Fin mai, la chambre régionale des comptes (CRC) avait elle aussi critiqué la construction de l'hôtel de région et la gestion d'Erai dans son rapport sur la gestion de la région entre 2010 et 2014. Elle avait cependant été positive sur d'autres points, comme la maîtrise de “la masse salariale et des dépenses de personnel” ou encore la situation financière de la région : “Fin 2014, la situation financière de la région demeurait favorable. La capacité d'autofinancement brute s’établissait à plus de 362 millions d'euros. Un montant élevé, mais en baisse par rapport à 2010 alors que la région a entrepris depuis plusieurs années une démarche de fiabilisation de ses comptes.

à lire également
Laurent Wauquiez © Tim Douet
Alors qu’il entre dans la partie finale de son mandat à la Région, Laurent Wauquiez doit composer avec une majorité qui s’effrite. Après le Modem, c’est l’UDI qui se rapproche de la grande famille d’En Marche. Si les alliances nationales s’invitaient au conseil régional, Laurent Wauquiez pourrait être amené à trouver des voix sur sa droite.
2 commentaires
  1. GB4 - 29 juin 2016

    Le cabinet d'audit grassement payé fait en sorte de donner les conclusions attendues par le commanditaire. C'est bidon.

  2. FEFI - 1 juillet 2016

    La CRC ne suffisait pas il faut aussi subventionner un cabinet à la botte? Et qui paie finalement: nous!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut