OL Land visuel
© dr

L’OL répond à Philippe Meunier

L’Olympique Lyonnais nous a fait parvenir un droit de réponse suite à l’entretien que nous avait accordé Philippe Meunier, député UMP de l’Est lyonnais, sur notre webradio fin septembre.

En préambule, Lyon Capitale vous propose de ré-écouter l’entretien réalisé avec Philippe Meunier. Sinon voici quelques passages de l’intervention du député UMP et opposant au projet de Grand Stade :

- "Si je comprends bien, maintenant les 8 décembre, il va falloir allumer des cierges pour Jean-Michel Aulas à la place de la Sainte Vierge. Monsieur Aulas a pris tant d’importance dans l’agglomération ? J’en suis un peu surpris, il n’y a pas que le foot dans la vie, il y a aussi d’autres activités, même si le foot est un évènement social important. Je pense que la construction d’une agglomération doit aussi s’appuyer sur un aménagement du territoire cohérent, une amélioration de l’habitat, des voiries structurantes..."

- "Tous les experts nous disent qu’il n’est pas possible de desservir un tel équipement avec un tramway et des bus de réformes."

- "Les spécialistes sont contre ce projet parce que tout le monde dit qu’il ne peut pas être desservi de façon correcte, les contribuables sont contre parce que c’est 300 millions d'euros d’argent public qui doit être dépensé dans cette affaire-là alors qu’on a autre chose à faire surtout en période de crise et de restriction budgétaire. Je pense que Gérard Collomb est en train de perdre ses nerfs tout simplement."

- "Je dis à Gérard Collomb depuis le début d’arrêter cette folie et de revenir sur l’aménagement et la rénovation de Gerland et ce sera tout à fait accepté par la FIFA, ça ne pose aucun problème."

Le droit de réponse de l’Olympique Lyonnais :

"Nous souhaitons rectifier certaines contre-vérités que votre interlocuteur a énoncées sûrement par une connaissance très superficielle du dossier Grand Stade de Décines.

Tout d’abord, l’Olympique Lyonnais tient à rassurer Philippe Meunier sur le fait que le club, tout comme l’ensemble des partenaires de ce projet d’agglomération (Etat, Grand Lyon, Conseil Général, Sytral, Mairie de Décines), n’a aucun doute sur la réalisation du Grand Stade à Décines. L’engagement de chacun des partenaires et leur objectif de réaliser ce projet exemplaire pour fin 2013, a d’ailleurs été réaffirmé lors d’une réunion le 23/09/2010.

Concernant, le choix de la commune d’implantation de ce grand équipement, en l’occurrence Décines-Charpieu dans l’Est lyonnais, et contrairement à ce que sous-entend Philippe Meunier, celui-ci résulte de plus de 18 mois d’analyse détaillée et comparée de plusieurs sites, dont, en priorité, l’actuel site historique de Gerland. Ce dernier s’est finalement révélé inadapté, ce qu’avait confirmé en juillet 2009, après 6 mois de travail, la mission d’information et d’évaluation portant sur le devenir des grands équipements sportifs de ce site, qui comprenait des représentants de l’ensemble des différentes tendances politiques locales dont Etienne Tête et Michel Havard.

Le Président du Grand Lyon a finalement proposé le site de Décines-Charpieu, car celui-ci répondait aux différents critères devant être pris en compte : superficie, proximité par rapport à l’agglomération, origine géographique des spectateurs, moyens d’accès cohérents existants ou à venir, développement durable, vocation du site dans les documents d’urbanisme, exigences réglementaires et d’aménagement. Au sujet du rôle du football et notamment de l’Olympique Lyonnais au sein de l’agglomération lyonnaise, au-delà du « simple évènement social important » relevé par Philippe Meunier, « les succès de l’Olympique Lyonnais, son club de football, participent activement au développement de la notoriété de Lyon » comme le confirme le site économique du Grand Lyon.

Concernant les propos de Philippe Meunier sur l’accessibilité, « tous les experts nous disent qu’il n’est pas possible de desservir un tel équipement avec un tramway et des bus de réformes », ils révèlent, soit une méconnaissance totale du dossier, soit un manque de respect vis-à-vis du travail de l’ensemble des techniciens des différents partenaires (DDE, Sytral, Grand Lyon,..) depuis plusieurs mois. L’ensemble des études, menées par ces techniciens compétents, professionnels et indépendants, a abouti à la validation d’un schéma d’accessibilité par l’ensemble des partenaires du projet, d’une part, basé sur l’utilisation prioritaire des transports en commun (68 % des spectateurs) en liaison directe ou par rabattement (parking relais) sur les lignes fortes du réseau de transports en commun, et, d’autre part, permettant de réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre.

Concernant, le financement du projet du Grand Stade de Décines, il semble nécessaire de rappeler à Philippe Meunier que celui-ci s’appuie sur des investissements privés à 100 %, à l’initiative de l’Olympique Lyonnais, pour un montant d’environ 450 millions d’euros. Les pouvoirs publics, quant à eux, se sont s’engagés à effectuer les opérations d’aménagements destinées à faciliter l’accès au stade, et qui sont également nécessaires au quotidien (le chiffrage des différents maitres d’ouvrages publics est évalué entre 180 et 190 millions d’euros et non 300 millions d’euros comme l’évoque à tort Philippe Meunier).

Concernant, l’Euro 2016, Philippe Meunier confond, d’une part la FIFA et l’UEFA -ce qui montre une nouvelle fois sa mauvaise connaissance du dossier et d’autre part, il oublie que la candidature de la ville de Lyon est basée sur le projet du Grand Stade de Décines et l’accueil notamment du match d’ouverture, ce qui serait un événement formidable pour la notoriété de l’agglomération lyonnaise, les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie ainsi que pour tous les habitants de la région Rhône-Alpes.

Enfin et pour répondre définitivement à Philippe Meunier, l’Olympique Lyonnais tient à préciser que le projet de Grand Stade de Lyon n’est ni de Gauche, ni de Droite. Les ambitions politiques des uns et des autres, aussi légitimes soient-elles, ne doivent pas empêcher la discussion responsable et constructive que la mise en œuvre d’un tel projet nécessite. Pourquoi s’opposer à ce type d’initiative qui se révèlera génératrice de développement pour toute la région lyonnaise et offrira des perspectives enthousiasmantes pour la jeunesse ?

Tous les partenaires, tant publics que privés, du projet sont aujourd’hui mobilisés pour qu’il aboutisse dans les temps afin d’accueillir dans les meilleures conditions les spectateurs venus de l’ensemble du continent pour l’Euro 2016 et permette la réalisation d’un projet qui va dans le sens de l’intérêt, certes de l’Olympique Lyonnais, mais aussi de toute une agglomération, comme l’a reconnu une majorité des 11 communes impactées par le projet, dans le cadre de la procédure de reconnaissance d’intérêt général, (8 communes pour et 3 contre)."

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
7 commentaires
  1. arnaud l - 5 octobre 2010

    en fait, ça fait juste plaisir quand les choses sont remises à leur juste place, quand les faits cités sont exacts, quand les propos sont mesurés...voilà, c'est tout ce que devraient faire les opposants au projet de grand stade: examiner les faits.

  2. Patrick - 5 octobre 2010

    Serait-il possible de mettre en ligne le rapport probablement issu de la mission d'information et d'évaluation dont le 'travail de 6 mois' a du conclure à l'exlusion de la possibilité d'extension du stade de Gerland svp?D'avance merci.

  3. Marco F. - 5 octobre 2010

    J'ai écouté attentivement l'interview de M. MEUNIER,Et, tant sur la question des Roms, de ses incitations à la haine et de ses approximations stygmatisantes, 'Dans ces campements, il n'y a que des Roms' que sur la question du grand stade...sa méconnaissance des dossiers mêlée à son populisme habituel est caractéristique des dérives du sarkozysme et des imprévus électoraux qu’il a causé en 2007.

  4. lyonnais - 5 octobre 2010

    @Marco F: Est-ce qu'un jour vous pourrez parler local et ne jamais ramener tout au niveau national.Oui apparament vous aimez bien le premier d'entre nous, Ce Co----- mais pour Montout vous n'avez qu'à vous en prendre à lui pour sa non votation (et ces acolytes) à la refonte de Gerland pour 98. Et oui, très cher!!

  5. carton rouge - 5 octobre 2010

    Dans sa réponse l'OL oublie l'avis défavorable des 3 commissaires-enquêteurs sur la demande de révision du PLU. Leur rapport est très argumenté et les conclusions sont sans appel : OL Land ne peut être sur le Montout. Le stade masque le projet sur 50 hectares. La aussi pas un mot ! le rapport des commissaires : http://www.carton-rouge-decines.fr/enquetesbis.htm

  6. christian - 5 octobre 2010

    L'INTOX continue en toute impunité ! je demande à l'OL (à qui on a donné un droit de réponse) de nous fournir la justification de chacun de ses propos, en excluant toute littérature de propagande !Jusque là, je fais spontanément bien plus confiance à un commissaire enquêteur (et à fortiori à plusieurs puisque cinq sur cinq se sont exprimés et tous dans le même sens) qu'à un 'expert' capitaliste qui veut manger la laine des contribuables sur leur dos jusqu'à l'os, en disant aux moutons que c'est pour leur bien !quant aux montant annoncés, c'est une pure mascarade - cf confluence par simple exemple ! Le Grand Stade sera à GERLAND (l'intérêt public y est déjà opérant) ou ne sera pas ! Je leur rappelle également, à ceux là qui se prennent pour des généreux donateurs de bonheur ces mots qui les dérangent mais pourtant si fondamentaux : 'la liberté des uns s'arrête où commmence celles des autres' et elle ne s'achète !

  7. jerome manin - 5 octobre 2010

    @christian. Les élus qui ont acheté des votes avec des promesses, à l'heure où il faut payer utilisent leurs recettes : des promesses.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut