Michel Forissier © Tim Douet
© Tim Douet

Forissier pense au Sénat plus qu’à la guerre des chefs

Lyon Capitale continue de faire réagir les élus UMP locaux à l’annonce de la candidature d’Alain Juppé à la primaire pour désigner le candidat de la droite à la présidentielle de 2017. Au tour de Michel Forissier, maire de Meyzieu et secrétaire départemental de l’UMP.

Le maire de Meyzieu et secrétaire départemental de la fédération UMP du Rhône suit de loin le bal des ambitieux pour la présidence de l'UMP puis la présidentielle de 2017. L'élu, qui sera en troisième position sur la liste UMP aux sénatoriales, voit en cette échéance "la première étape de la reconquête du pouvoir national. Après le 28 septembre, il sera temps de s'y intéresser, on y verra plus clair".

“Il vaut mieux étudier l’hypothèse Sarkozy dès maintenant”

Même si Alain Juppé a tenté de dynamiser la rentrée politique à droite en annonçant son ambition de se porter candidat à une possible primaire UMP en 2016, Michel Forissier attend surtout la décision de Nicolas Sarkozy : “Il vaut mieux étudier l'hypothèse Sarkozy dès maintenant. Ce serait mieux pour la crédibilité de notre candidat pour 2017. De mon point de vue, le président de l'UMP doit être le candidat de 2017. Je ne crois pas qu'un retour tardif soit une bonne chose. Un candidat ne se désigne pas au dernier moment.”

Quant à la candidature d’Alain Juppé, Michel Forissier ne croit guère en ses chances de succès. "Il a une bonne réputation auprès du grand public mais ce n'est pas le cas dans notre parti. Il est resté longtemps sur la réserve et aujourd'hui, il n'a pas de soutiens", note le maire de Meyzieu. Comme lors de l'affrontement Copé/Fillon, Michel Forissier se refuse pour le moment à prendre parti pour un des cadres de l'UMP : "Celui qui deviendra président du parti doit gagner de façon indiscutable. L'épisode Copé/Fillon a créé un malaise auprès des militants qui nous handicape toujours. Nicolas Sarkozy a du prestige et il a plutôt réussi. Il a du crédit auprès des militants même si on ne sent pas l'engouement aveugle de 2007. Mais le candidat Sarkozy doit aussi arriver avec un programme et je l'attends."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut