Djihadistes : Philippot (FN) ne veut pas qu’ils reviennent

“La sécurité nationale n’est plus assurée”, a affirmé le vice-président du Front national, Florian Philippot, ce mardi 7 octobre sur Sud Radio. Il propose de lutter contre le retour des recrues du djihad en France, le millier de Français partis faire la guerre en Syrie, et propose de renforcer la loi antiterroriste française votée au Parlement à la mi-septembre.

Interrogé par Christophe Bordet sur Sud Radio ce mardi 7 octobre, le vice-président du Front national est revenu sur la lutte contre le djihadisme en France. "La sécurité nationale n’est plus assurée", a-t-il dit. Il propose de lutter contre le retour des recrues du djihad en France, le millier de Français partis faire la guerre en Syrie, et propose de renforcer la loi antiterroriste française votée au Parlement à la mi-septembre.

"Sur la lutte contre le terrorisme, nous devons suspendre provisoirement l’accord de Schengen, (...) à plus long terme, nous sommes pour la sortie de l’espace Schengen." Florian Philippot souhaite aussi "la déchéance de la nationalité pour les djihadistes français binationaux. C’est triste, c’est leur problème, mais nous ne voulons surtout pas qu’ils puissent revenir. S’ils sont binationaux, c’est très simple, c’est facile. S’ils ne sont que français, il faut l’étudier, mais c’est possible. Il faudrait dénoncer la convention de 1961, changer notre droit national puis resigner cette convention, cela peut aller très vite".

“Le droit du communautarisme, des bandes, de la drogue, s’installe”

Florian Philippot déplore l’action des politiques français au gouvernement : "L’UMP et le Parti socialiste voient le phénomène, ils le décrivent, ils le regardent, ils ne font rien ! Nous, nous voulons mettre en place un arsenal de mesures. En attendant, le droit du communautarisme, des bandes, de la drogue, s’installe, un autre droit que le droit français, on nie le phénomène, on considère qu’il n’existe pas, on achète la paix civile. La République française n’est plus chez elle sur un certain nombre de mètres carrés du territoire national. On refuse de voir certains quartiers sortir du territoire national."

Le “double langage” de la Turquie, du Qatar et de l’Arabie saoudite

Sur le plan diplomatique, Florian Philippot propose de "revoir nos relations" avec la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite pour lutter contre l’État islamique. "Il faut revoir nos relations avec tous ces pays qui ont parfois un double langage, je parle de la Turquie, mais surtout du Qatar et de l’Arabie saoudite. Je ne comprends pas que l’on puisse avoir des relations économiques et diplomatiques avec le Qatar, qui joue un double jeu et finance clairement le djihadisme international. Du temps de l’UMP, c’était déjà la même chose, on continue à se prosterner devant le Qatar. (...) On ne doit pas être le supplétif des Américains, qui ont un lourd passé dans la région. La France doit redonner des moyens à son armée. La sécurité nationale n’est pas assurée, nous avons un gouvernement national beaucoup trop faible, beaucoup trop lâche."

Réécoutez l'intégralité de l'interview de Florian Philippot sur Sud Radio, en cliquant sur "l'invité politique du 7/10/14", dans la rubrique "les derniers podcasts".
à lire également
Mariani
L’ancien ministre Les Républicains, Thierry Mariani, était de passage à Lyon. Il est 3ème sur la liste du Rassemblement National de Marine Le Pen pour les élections européennes de mai. Il a expliqué les raisons de son départ et présenté son projet pour l’Europe.
Faire défiler vers le haut