Conseil municipal : Collomb examinera “de très près” le droit d’asile

Lors du conseil municipal, ce lundi 29 mai, le ministre Collomb a précisé découvrir “tous les aspects” de la problématique du droit d’asile dans le cadre de ses nouvelles fonctions de premier flic de France.

À son arrivée au conseil, ''Monsieur le Maire, Monsieur le Ministre'', est accueilli par une véritable standing ovation. Après cet accueil chaleureux, le nouveau locataire de la place Beauvau a entamé un discours sur son attachement à la ville de Lyon, qu’il juge ''de plus en plus attractive pour son dynamisme économique mais aussi pour sa beauté'' et sur laquelle il promet de garder ''un œil vigilant''. Durant le conseil, plusieurs élus l’ont interpellé concernant la précarité, les SDF, la prostitution et la délinquance à Lyon. Des problématiques que le ministre se dit prêt à prendre en compte et à traiter à l'échelle nationale. Le chef du groupe d'opposition, Stéphane Guilland (LR), n’a quant à lui pas manqué de piquer le nouveau ministre en lui rappelant qu’il ne pourrait plus rejeter la faute sur l’État. “En tant que ministre, vous avez une obligation de résultat”, insiste le conseiller du 8e arrondissement.

Distinguer de manière stricte le droit d’asile et les autres types d’immigration

Gérard Collomb a tenu à préciser que son ministère aurait "à examiner de très près la problématique du droit d’asile". Celui qui dénonçait en octobre 2016 une immigration débridée” a sans doute pris la mesure de sa responsabilité au niveau national. “J’en découvre tous les aspects depuis les territoires lointains. Il va falloir distinguer de manière stricte ce qui est droit d’asile et ce qui est un autre type d’immigration”, déclare Gérard Collomb aux conseillers présents. Il s’est notamment attardé sur les demandeurs d’asile albanais qui, d’après lui, forment un “phénomène tout particulier qui touche l'agglomération lyonnaise et plus généralement l'est de la France”.

Des moyens supplémentaires pour les forces de l’ordre

Pour le deuxième chantier prioritaire, les forces de l’ordre se voient de nouveau promettre des moyens supplémentaires. “Le président souhaite créer 10 000 postes en matière de forces de l’ordre. Nous avons à les créer et à les réorganiser davantage dans la proximité. Et nous avons à faire évoluer nos lois pour que nos procédures soient moins longues qu’aujourd’hui.” Gérard Collomb a insisté sur le soutien qu'il souhaite apporter et la gratitude qu’il souhaite témoigner aux forces de l’ordre. “Elles risquent parfois leur vie pour nous protéger. Il y a dans les missions que je devrai remplir l’insécurité du quotidien et croyez-moi j’en mesure depuis quelques jours l‘extrême ampleur.” Une ampleur qui ne devrait pas être atténuée par le prochain sommet des ministres européens auquel Gérard Collomb assistera.

1 commentaire
  1. turlututu - 1 juin 2017

    Mr Le Président de la métropole et Ministre, peut être aurez vous le pouvoir de faire respecter l’état de droit en ce point précis (coordonnées GPS , à taper dans googlemap : 45.785631, 4.861187 ) de notre métropole, ou s'installe en ce moment même , des baraquements insalubres et illégaux , sur un terrain public. L'espoir fait vivre....

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut