Réforme territoriale Alsace
© Patrick Hertzog/AFP

Alsace : l’UMP s’oppose au projet de réforme territoriale

Un mariage entre l’Alsace-Lorraine, la Lorraine et la Champagne-Ardennes ? C’est la solution “la plus plausible” pour Manuel Valls. Mais les politiques locaux ne l’entendent pas tous de cette oreille. Ce samedi après-midi, l’association “Alsace unie” en appelle à battre le pavé strasbourgeois.

Ce sont plusieurs milliers de partisans de l'association "Alsace unie" qui sont attendus, aujourd’hui à 14h30, à Strasbourg. Les manifestants s’opposent à la réforme territoriale de François Hollande, qui prévoit un mariage entre l'Alsace et ses voisines. Que ce soit avec la Lorraine ou la Champagne-Ardennes, l'Alsace veut rester indépendante. Le coût de la manifestation est estimé entre 20 000 et 30 000 euros et sera pris en charge par "Alsace unie".

L’Alsace seule risquerait de s’affaiblir

Les politiques locaux (dont les mouvements nationalistes régionaliste "Alsace d'abord" et autonomiste "Unser Land") ainsi que le Medef ont appelé à descendre dans la rue. Selon France 3 Alsace, ils espèrent réunir "10 000 personnes autour d'une manifestation annoncée comme festive et bon enfant". "Si la mobilisation n'est pas forte, notre cause sera difficilement plaidable", a expliqué Guy-Dominique Kennel, le président UMP du conseil général du Bas-Rhin. Pourtant, aux yeux de Manuel Valls, la fusion de ces trois régions reste "la plus plausible" car, isolée, l'Alsace risquerait de s'affaiblir.

La semaine dernière, la région présidée par Philippe Richet (UMP) a fait polémique en annonçant la vente de billets de TER à 5 euros pour permettre à ceux qui le voulaient de participer à la manifestation. Toujours selon France 3 Alsace, Stéphane Bouillon, le préfet de la région Alsace-Lorraine, avait demandé un contrôle de "la légalité de la mesure" sans, finalement, engager de procédure en référé car "il n'y a pas d'atteinte aux libertés publiques".

à lire également
Pas d'image
Président de l'Association des maires ruraux de France, basée à Lyon, Vanik Berberian attend beaucoup de la grande consultation lancée par le Gouvernement après le mouvement des Gilets jaunes, mais “s'attend au pire” en cas d'échec.
Faire défiler vers le haut