Nantes marché de Noël
©GEORGES GOBET / AFP

Nantes : un véhicule fonce dans la foule, "un cas isolé"

Un véhicule a fauché, ce lundi soir, une dizaine de personnes présentes sur le marché de Noël de Nantes. Selon un communiqué du ministère de l'intérieur, il y a au moins dix blessés parmi les passants. "On ne peut pas parler d'acte terroriste", a affirmé la procureure de Nantes, Brigitte Lamy.

Le parallèle est inévitable après l’agression de Dijon, dimanche soir. Le marché de Noël de Nantes, situé dans une zone piétonne, a été le théâtre d'un nouveau drame ce lundi aux alentours de 19 heures alors qu'il y avait beaucoup de monde sur la place Royale.

Une camionnette conduite par un homme de 44 ans a percuté plusieurs passants, puis est venue s'encastrer dans un chalet. Le conducteur a blessé onze personnes dont cinq gravement. L’un des blessés a son pronostic vital engagé, selon Brigitte Lamy. Un périmètre de sécurité a été rapidement mis en place pour l’évacuation des blessés.

L'homme a tenté de suicider

Le chauffard s'est ensuite poignardé de plusieurs coups de couteaux, se blesssant ainsi grièvement. L'homme aurait voulu ainsi se suicider après le drame.

Selon les premières déclarations du procureure de Nantes, Brigitte Lamy, il s’agirait d’un cas isolé : "on ne peut pas parler d'acte terroriste". Selon l'AFP, il n'y a pas de revendication religieuse en l'état. La procureure a d'ailleurs démenti que l'homme aurait crié "Allah Akbar" avant de se poignarder. Selon des témoins, il aurait tenu ce terme, avance Ouest-France.

Ses motivations restent ainsi floues alors qu'il est hospitalisé. Il serait connu des services de police pour des faits mineurs. Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, un carnet aurait été découvert dans la camionnette faisant état de problèmes familiaux.

"C'est le comportement du meurtrier de masse, a affirmé Roland Coutanceau, expert psychiatrique. Il n'est pas malade mental comme à Dijon mais il voulait tuer avant de se suicider. Mais ces trois actes hors-normes (Dijon, Joué-le-Tours et Nantes) peuvent être réalisés par des motivations très différentes."

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur doit se rendre à Nantes dans la soirée. Le Premier ministre, Manuel Valls a appelé au "sang-froid" et "au discernement".

1 commentaire
  1. Gérard Eloi - 23 décembre 2014

    Joué, Dijon, Nantes. Trois fous furieux tentent de massacrer. En ayant crié 'Allah akbar'. Ce seraient trois cas 'isolés', avec un attentat par jour depuis samedi.A ma connaissance, 'isolé' signifie 'seul'. Mathématiquement, quand on trois, on n'est pas seul, on forme un trio. Trio de barbares dans les cas qui nous préoccupent. Mmes les procureuses, le ministre de l'intérieur,..., devraient revoir leurs notions élémentaires de français et calcul.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut