© Tim Douet

Lyon : les dealers avaient enterré l'héroïne quai Saint-Vincent

Deux hommes sans antécédents judiciaires ont été écroués ce mardi pour “trafic de stupéfiants”. L'un d'eux a blessé deux policiers durant son arrestation.

Dimanche 11 novembre, vers 17h20, quai Saint-Vincent à Lyon, la police repère deux individus en train de creuser. Ce ne sont pas des archéologues en pleine fouille, mais deux dealers en train de déterrer deux sachets d’héroïne (8,17 g). L’un d’eux a essayé de prendre la fuite en frappant les policiers à coups de pied, de poing et de coude. Deux gardiens de la paix ont été blessés durant l’interpellation et ont déposé plainte. Les mis en cause qui n’avaient pas d’antécédents judiciaires ont nié les faits. Ils ont été présentés au parquet ce mardi et écroués en attente de comparution pour “trafic de stupéfiants, violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique et rébellion”.

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
Faire défiler vers le haut