Anne-Cécile Pinel
Anne-Cécile Pinel.

Il y a un an, Anne-Cécile Pinel disparaissait en Croatie

Le 21 juillet 2014, l'étudiante lyonnaise se volatilisait au festival Momento Demento en Croatie. Un an plus tard, il n'y a toujours aucun signe de vie de la jeune femme et les pistes manquent pour relancer l'enquête.

Le 21 juillet 2014, Anne-Cécile Pinel se volatilisait durant le festival psytrance Momento Demento, en Croatie. Originaire de Saint-Paul-sur-Isère, la jeune femme malentendante participait à un road trip avec une amie.

Mais un an jour pour jour après sa disparition, l'enquête piétine toujours entre la France et la Croatie. Sur la page Facebook de soutien qui rassemble plus de 10 000 abonnés, le cousin d'Anne-Cécile, Olivier Pinel, dénonce "une impasse entre deux pays qui n'arrivent pas à se concerter." Alors que les services de la section de recherches ont demandé à se rendre sur place, ils se sont toujours heurtés à un refus des autorités croates. "L'affaire est classée différemment dans les deux pays", explique Olivier Pinel, "Alors qu'en France une enquête est ouverte pour enlèvement et séquestration, en Croatie il ne s'agit que d'une disparition inquiétante".

"Nous pensons qu'elle est toujours vivante"

L'entourage d'Anne-Cécile n'a pas cessé de se mobiliser. Plusieurs marches ont été organisées, des centaines d'avis de recherches placardés et une association (AARAC) a vu le jour pour soutenir les démarches administratives. Les parents de la jeune femme, Ghislaine et Michel Pinel, se sont rendus à deux reprises en Croatie sur les lieux de sa disparition.

En avril dernier, ils ont pu assister au survol par un drone du terrain miné près duquel ses effets personnels avaient été trouvés. L'exploitation des images n'a rien donné, confortant ses proches dans leur conviction qu'Anne-Cécile a été enlevée et séquestrée. "Ca a confirmé nos doutes, et nous pensons qu'elle est toujours vivante. On ne cache pas un corps comme ça", soutient Olivier Pinel.

La mobilisation ne s'essouffle pas

En décembre dernier, Manuel Valls indiquait dans une lettre aux parents d'Anne-Cécile que "toutes les actions pour retrouver Anne-Cécile ont été menées ou sont en cours". Sans succès. Une nouvelle lettre a été envoyée à François Hollande début juillet, restée sans réponse pour l'instant. On pourrait presque parler de sourde oreille dans les hautes sphères.

En attendant, la mobilisation continue. "Sur tous les festivals européens jusqu'en septembre, des groupes de 4 ou 5 bénévoles représenteront Anne-Cécile et l'association AARAC. On leur distribue des kits contenant des t-shirts, des autocollants, des avis de recherche à placarder. Il suffirait qu'une seule personne ait vu quelque chose pour relancer l'enquête" explique le cousin d'Anne-Cécile. Avec une seule certitude : "Nous ne lâcherons rien."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut