Le stade Francisque-Jomard, à Vaulx-en-Velin (capture d'écran Google Street View)
Le stade Francisque-Jomard, à Vaulx-en-Velin (capture d’écran Google Street View)
Article payant

Football : Une enquête pour escroquerie vise le FC Vaulx

L’audit commandé par la mairie sur le Football-Club de Vaulx-en-Velin, aujourd’hui présidé par le père de Nabil Fekir, a abouti à la saisie du procureur de la République par Hélène Geoffroy le 12 mars. Nicolas Jacquet a ouvert une enquête pour escroquerie et abus de confiance visant l’ancienne direction. Avec, au cœur des investigations de la DIPJ, la commission perçue sur le transfert de Kurt Zouma à Chelsea, et plusieurs milliers d’euros dépensés dans des bars à hôtesses.

Huit mois après le retour triomphal d’un Nabil Fekir doublement étoilé au stade Francisque-Jomard, le FC Vaulx n’a toujours pas digéré le changement de direction mouvementé qui l’a secoué la saison passée. Après les élections de février 2018, qui avaient porté le père du champion du monde lyonnais, Mohamed Fekir, à la tête du club vaudais, la nouvelle direction s’était inquiétée du nombre de relances de ses créanciers trouvées dans sa boîte aux lettres. “Des factures impayées de fournisseurs, des traiteurs, par exemple, ou d’équipementiers, qu’ils découvraient au fur et à mesure et dont ils n’avaient pas de traces”, nous précise Hélène Geoffroy, évoquant un montant potentiel de 200 000 euros. La maire de Vaulx-en-Velin, appelée au secours par le club, a commandé un audit au cabinet Deloitte (coût : 23 000 euros) en septembre 2018, pour faire la lumière sur la situation. Lequel a finalement révélé nombre de négligences et irrégularités dans les comptes. Sur la gestion de la caisse de la buvette, les dépenses réalisées avec la carte bleue du club, les contrats de sponsoring, ou autour de la perception d’une commission sur un transfert de joueur formé au club. Si bien que, le 12 mars, Hélène Geoffroy a saisi le procureur de la République, comme elle a tenu à nous le faire savoir. Ce dernier a confirmé l’ouverture d’une enquête visant l’ancienne direction, pour escroquerie et abus de confiance. Comme la direction actuelle du club, l’ancien président mis en cause, Ali Rechad (dont Mohamed Fekir était le vice-président), n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Il vous reste 74 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Ali Ramdani, au musée d’Art contemporain de Lyon, en avril 2019 © Antoine Merlet
Entretien avec Ali Ramdani, alias B-boy Lilou, premier danseur à remporter deux fois le championnat du monde Red Bull BC One. Pilier du Pockemon Crew originel, il a dominé pendant une vingtaine d’années les compétitions mondiales de breakdance, dansé avec Madonna, mais n’a sans doute pas eu en France – ni à Lyon – la reconnaissance qu’il mérite. Il espère qu’elle viendra pour ses héritiers grâce aux JO de Paris en 2024.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut