Police lyon
© Tim Douet

Cocktails Molotov à Valence : le conflit turc importé dans la Drôme ?

Vendredi, un juge antiterroriste parisien a mis en examen trois jeunes Turcs pour "association de malfaiteurs" et "dégradation par moyen dangereux et transport, fabrication et détention d'engins explosifs, en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste". La semaine dernière, les locaux de l'association franco-turque de Valence étaient visés par des jets de cocktails molotov.

Ce n'est pas la première fois cet été que l'association franco-turque de Valence dans la Drôme est visée. Précédemment le 24 juillet, puis dans la nuit du 21 au 22 août, des cocktails molotov sont jetés sur les locaux. Selon la mairie de Valence, l'attaque de la semaine dernière a été effectuée par deux individus aux visages masqués. Dans la journée du lundi, trois suspects sont interpellés, rapporte France 3 Rhône-Alpes. Deux sont âgés de 22 ans, le troisième est à peine plus âgé, il a 28 ans. Après plus de 96 heures de garde à vue, les motivations des suspects ne sont pas encore établies, ils sont placés en détention provisoire pendant la poursuite des investigations.

D'autres précédents dans la Drôme cet été

L'association culturelle turque de Bourg-les-Valence aurait également été visée cet été, tout comme celle de Montélimar. Le 8 août dernier, l'inscription "PKK" était retrouvée sur un mur. Le parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) est en guerre contre le régime d'Ankara depuis 1984. Confrontée à de multiples attentats sur son territoire, la Turquie a également vécu cet été une tentative de coup d'Etat contre le président turc Reccep Tayyip Erdogan. Suite à cette tentative, d'immenses vagues d'arrestation ont secoué le pays. Le consul général de Turquie à Lyon, affirmait à Lyon Capitale que ces arrestations ne s'apparentaient pas à "une purge".Quand au maire "Les Républicains" de Valence, Nicolas Daragon, il a précisé cette semaine dans un communiqué "ne pas admettre que des conflits extérieurs à notre vie locale s'invitent dans nos quartiers où ils n'ont pas leur place".

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut