Palais de justice de Lyon © Tim Douet
Palais de justice de Lyon © Tim Douet

Agression de pompiers : Carenco veut des peines "exemplaires"

Le jugement en comparution immédiate pour trois agresseurs présumés des pompiers de la caserne Pierre-Corneille a été annulé. Une information judiciaire a été ouverte. Le préfet souhaite des sanctions exemplaires.

Le procès des trois agresseurs présumés des pompiers de la caserne Pierre-Corneille qui devait avoir lieu ce mercredi après-midi en comparution immédiate a été annulé. Les suspects, dont un mineur de 16 ans sont en ce moment entendus par le juge d'instruction.

Dans la nuit de lundi à mardi, les trois soldats du feu avaient été pris à partie alors qu'ils intervenaient pour porter assistance à une personne victime d'une chute sur l'esplanade de l'auditorium dans le quartier de la Part-Dieu. Tandis qu'ils prodiguaient les gestes de secours, la victime et une vingtaine d’individus, dont une partie alcoolisés, les ont alors "violemment agressés", selon la préfecture du Rhône.

Deux pompiers blessés

L’un des sapeurs-pompiers a été sérieusement blessé au genou et un autre aux cervicales. Tous les trois sont en état de choc. Intervenue sur place, la police avait alors interpellé cinq individus dont trois devaient passer en comparution immédiate ce mercredi après-midi. Une information judiciaire a finalement été ouverte.

"Sanctions exemplaires"

Dans un communiqué, le préfet du Rhône salue "le courage de ces sapeurs-pompiers". Il déplore cette "2e agression de sapeurs-pompiers en l’espace d’une semaine dans le département du Rhône". "Les 5581 sapeurs-pompiers du Rhône, qu'ils soient professionnels ou volontaires, assurent, chaque jour, sur l'ensemble de notre territoire, des interventions périlleuses, au service de la sécurité de nos concitoyens. Il est intolérable qu'ils soient pris pour cibles", a-t-il précisé en réaffirmant sa "détermination à lutter sans relâche contre tous ceux qui s’en prennent à l’autorité républicaine et à ses représentants".

Et de conclure sur son souhait de voir "des peines exemplaires" prononcées à l’encontre de "ces individus aux comportements qui mettent dangereusement en cause notre manière de vivre ensemble."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut