justice

L’étudiant lyonnais qui aimait trop les produits dopants

Poursuivi pour trafic de médicaments, un étudiant d’une école de commerce lyonnaise comparaissait ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Lyon. Le parquet a requis deux ans de prison avec sursis contre ce jeune homme de 25 ans, féru de culturisme et accro aux anabolisants, testostérone et autre ephédrine.

Étudiant dans une école de commerce de Lyon, le jeune homme raconte avoir voulu financer ses études en revendant des médicaments, parfois même en faisant ses propres mélanges.

Testeur et revendeur

La méthode était finalement simple : entre juin 2012 et avril 2014, il commandait ses produits sur Internet. En lien avec un autre amateur de culturisme originaire du Var, il crée même un site qui proposait en apparence des T-shirts dont les couleurs correspondaient à des produits dopants connus des initiés.


Au total, il aurait gagné entre 15 000 et 20 000 euros en deux ans. Une enveloppe découverte à l'aéroport de Roissy, contenant des produits interdits à la vente, avait permis aux douaniers de découvrir le trafic auquel se livrait le jeune homme.

Trop de sites commerciaux sur les produits dopants ?

Outre le trafic de produits dopants, le jeune homme était poursuivi pour exercice illégal de la profession de pharmacien, et mise en danger de la vie d'autrui. La poursuite "la plus grave", a estimé jeudi le procureur, en qualifiant le jeune homme de "petit chimiste". Depuis l'affaire, l'accro à la gonflette dit avoir perdu 16 kilos.

"ll a testé des produits magiques sur lui, on est loin du dealeur de drogue qui attend devant l’école", a plaidé Me Grégory Lévy, l'avocat du jeune homme, en visant aussi "la facilité d’accès du Web" et la multiplicité des sites commerciaux consacrés aux produits anabolisants. Le jugement sera rendu le 27 novembre.

Faire défiler vers le haut