Woodstower : la Tour de Garde

Depuis près de 15 ans, Woodstower s'occupe d'assurer la transition entre l'été des festivals et la rentrée des classes. Avec pour principale préoccupation l'environnement. Y compris culturel.

Le visuel de Woodstower donne à comprendre ce que veut être ce festival qui clôt à la fois l'été des festivals et ouvre la saison culturelle : on y voit un bucheron qui n'est autre que la silhouette de Paul Simonon, bassiste du Clash, sur une célèbre pochette du groupe. Un Paul Simonon, dont on a substitué une hache à la guitare basse promise au fracas. Au-dessus : des papillons, un gland, et une poignée de rondins formant le mot « Woodstower ». C'est un fait, au risque de la Charles-Ingallsisation, le festival est très nature. Un qualificatif qui selon qu'on le prenne au sens propre ou figuré, convient tout aussi bien au rock n'roll qu'au développement durable. Travaillant notamment à « réduire l'impact écologique de l'événement dans un parc naturel » à base de tri sélectif, de toilettes sèches et de gobelets recyclables, le festival met également un point d'honneur à soigner l'accueil de ses spectateurs.

Autant de choses certes très louables mais qui ne doivent pas occulter la qualité de la programmation. Soyons francs, on vient moins à Woodstower pour rincer son gobelet que pour écouter de la musique, bonne si possible. De ce point de vue, Woodstower montre également de quel bois il se chauffe en nous gratifiant d'une programmation qui, si elle prend la suite de tous les festivals estivaux, ne sent pas pour autant les fonds de tiroir. Cela va de la tête (parfois à claques) d'affiche type Peter Doherty, Archive, Arno ou Olivia Ruiz, aux outsiders de tous horizons façon Luke, en passant par l'ultra-pointu Tokyo Ska Paradise Orchestra. Sans oublier qu'il n'est pas question que de musique mais aussi de théâtre, d'animations diverses et même un peu de bouffe. Parce que la culture, si elle se recycle facilement peut aussi, contrairement aux déchets à trier, se mélanger. Sans risque pour l'environnement.

Woodstower. Les 3, 4 et 5 septembre au Grand Parc de Miribel Jonage.
woodstower.com

À lire également : Il n'y a pas que les grands qui ont du talent

à lire également
Vu de la place Bellecour
Une salle mythique que les moins de quarante ans n’ont pas pu connaître, un lieu de la vie nocturne lyonnaise qui a accueilli Ray Charles, les Beatles, les Stones… Un palais aujourd’hui oublié, dont la fin de vie fut marquée à plusieurs reprises par la tragédie. Histoire du Palais d’Hiver, le plus grand music-hall d’Europe.
1 commentaire
  1. jerome manin - 27 août 2010

    @Kevin Muscat. 'La tour de Grade' Pourquoi pas 'Réveillez vous' pendant que vous y êtes' ? MDR

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut