Villeurbanne : comédie et Espagne à l'honneur du Festival du film court

La 37e édition du Festival du film court de Villeurbanne ouvrira ses portes du 18 au 27 novembre. Dix jours pour découvrir le court métrage dans les sept salles participantes et parmi plus de deux cents films.

Le programme du Festival du film court de Villeurbanne a de quoi donner l’eau à la bouche de tout cinéphile qui se respecte : plus de 200 films projetés, 63 heures de courts métrages, 40 professionnels attendus pour présenter leurs œuvres. À travers deux compétitions principales et treize soirées spéciales, le festival a pour ambition de "présenter le court métrage de la manière la plus précise possible, car il s’agit d’un art très vaste", selon Laurent Hugues, directeur général du festival.

L’objectif est aussi de redresser la tête après une édition 2015 très compliquée, seuls 2500 spectateurs avaient assisté au festival. "Le festival était organisé du 13 au 22 novembre, au moment des attaques de Paris et Saint Denis, nous avions annulé toutes les représentations pendant les trois jours de deuil national, les séances scolaires étaient annulées et ni le public ni l’équipe n’avaient la tête à ça…", confirme M. Hugues. C’est pour "s’aérer la tête", selon les mots du directeur, que la programmation 2016 se veut résolument optimiste, avec de nombreuses comédies, deux séances complètes destinées au jeune public et un nouveau partenariat avec le festival espagnol Mecal, un des plus importants d’Europe.

Carte blanche au Mecal et explications du jury

Roberto Barrueco, directeur du Mecal, le festival international du court métrage et d’animation de Barcelone, présentera deux soirées préparées par ses soins : Risas de España (Rires d’Espagne) et Carte Blanche au Mecal. Cette nouveauté de taille "apportera une certaine fraîcheur et ajoutera à la diversité du festival" souligne M. Hugues. Ce partenariat qui se poursuit tout au long de l’année permet aux deux équipes de partager leurs connaissances comme le souligne M. Hugues, "on apprend beaucoup aux côtés de ce festival d’envergure européenne".

Autre nouveauté, samedi 26 novembre, le jury sera invité à expliquer ses choix lors de la remise de prix, une manière de rompre avec la cérémonie traditionnelle parfois peu compréhensible pour le public. Le directeur du festival explique qu’il "ne s’agit pas de se justifier, mais plutôt d’expliquer comment le jury procède dans ses délibérations afin que le public ait le maximum d’informations pour comprendre les choix qui auront été faits".

Le festival espère attirer plus de 6000 personnes dans les salles participantes à travers Villeurbanne, Bron, Meyzieu et Sainte-Foy-lès-Lyon. "Les salles, l’équipe et les professionnels sont prêts, il ne reste plus que le public pour que cette fête du court métrage soit réussie", conclut M.Hugues.

à lire également
L'un des derniers "endroits" où l'on pouvait encore "couper" a temporairement disparu. Durant cette période de confinement à cause du coronavirus COVID-19, les cinémas ont fermé leur porte. A Villeurbanne, près de Lyon, le Zola a choisi de lancer son "e-salle". 
Faire défiler vers le haut