Pépé le morse
© Caïman productions/Arte

Une Drômoise décroche le César 2018 du court-métrage d'animation

Lucrèce Andreae, basée à Valence et formée à La Poudrière à Bourg-lès-Valence, a obtenu le César 2018 du court-métrage d'animation pour "Pépé le morse".

Passée par l'école Estienne et les Gobelins à Paris, Lucrèce Andreae a posé ses valises dans la Drôme voilà quelques années, pour se former à la réalisation de films d'animation à l'école La Poudrière, à Bourg-lès-Valence. Pépé le morse, son premier court-métrage professionnel, développé pendant quatre ans, a déjà été sélectionné au Festival de Cannes 2017 et a été lauréat du Prix du public au Festival d'Annecy l'an dernier. Il continue son beau parcours avec le César 2018 du meilleur court-métrage d'animation.

Porté par Caïman productions et soutenu par Arte, Pépé le morse est un film animé de 15 minutes mettant en scène une famille venue rendre un dernier hommage au papi tout juste décédé. Un moment étrange et absurde, où les failles des trois générations présentes (la grand-mère, la mère, les petits-enfants) se font jour, dans une ambiance presque surréaliste. À voir en ligne ici, ou ci-dessous.

 

À près de 30 ans, Lucrèce Andreae prépare actuellement une bande dessinée. Mais n'a pas dit son dernier mot pour le cinéma d'animation, puisqu'elle rêve de réaliser un long-métrage.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut