Inflammation du verbe vivre, de Wajdi Mouawad (photo de répétition) © Pascal Gely
Inflammation du verbe vivre, de Wajdi Mouawad (photo de répétition) © Pascal Gely

Théâtre : Wajdi Mouawad va-t-il mettre le feu au TNP ?

Habitué de la scène du TNP, Wajdi Mouawad revient à Villeurbanne avec une nouvelle pièce, dont il signe l’écriture, l’interprétation et la mise en scène, Inflammation du verbe vivre.

Au départ de la nouvelle création du dramaturge Wajdi Mouawad, il y a une situation qu’il a réellement vécue. Alors qu’il est occupé par sa future mise en scène de l’œuvre de Sophocle Philoctète, Wahid (manière d’alter ego de Wajdi) apprend la mort du poète Robert Davreu, spécialiste émérite de la tragédie grecque, qui devait en fournir une nouvelle traduction. Un drame pour lui : cet écrivain et traducteur était aussi son ami. C’est donc par une réflexion sur la mort qui rôde, et qui frappe, que débute le spectacle.

Il se poursuit par une sorte de voyage, aussi bien réel qu’intime, vers la Grèce. Le pays européen qui est encore le mieux relié aux traditions antiques, puisqu’il en est le berceau. Sauf que, deux millénaires plus tard, la péninsule hellénique est aussi devenue le symbole d’une catastrophe économique dont on ne sait plus si les institutions européennes sont la cause ou la solution. Les deux sans doute… Quoi qu’il en soit, Wouajdi Mouawad, ou plutôt Wahid, a longuement filmé la Grèce. Aussi bien la Grèce moderne et appauvrie – un immeuble abandonné, un escalier roulant où des centaines de dossiers ont été jetés, l’aéroport international de l’Hadès vide et abandonné, avec devant, en front de mer, un taxi jaune comme ceux d’Athènes – que les glorieux vestiges de la civilisation antique. En surplomb du plateau où se trouve le metteur en scène/comédien, il y a un grand écran. On le suit donc dans ses errements et interrogations, entrecoupés d’incroyables rencontres. Par le verbe incandescent de Mouawad et les images qu’il a recueillies. Le but du périple est l’île de Lemnos, où Philoctète vécut une décennie. Là aussi, on retrouve ce mélange entre l’antique et la modernité en déshérence.

Jean-Pierre Jourdain, le directeur artistique du TNP, a programmé ce spectacle en raison de la “magie” que réussit à créer Wajdi Mouawad entre les images filmées et le jeu sur scène. C’est une bonne occasion, en tout cas, de retrouver cet artiste complet (écrivain, metteur en scène, comédien) au TNP. Après Tous des oiseaux la saison dernière et Seuls et Sœurs en 2017, on ne doute pas que ce nouveau passage marquera les esprits.

Wajdi Mouawad / Inflammation du verbe vivre – Du 11 au 22 juin au TNP

NB : Wajdi Mouawad reviendra au TNP en mars 2020 avec Mort prématurée d’un chanteur populaire, un spectacle conçu avec Arthur H.

[Article paru dans Lyon Capitale n° 789 – Juin 2019]

à lire également
spectacles candidats au prix Célest"1 2019
La première édition du prix Célest’1 se déroulera en deux étapes, accessibles au public, gratuitement ou à petit prix. Deux week-ends, les 14 et 15 juin et les 21, 22 et 23 juin, qui vous permettront de découvrir les différents projets en lice.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut