La Place Royale, de Corneille – Mise en scène Claudia Stavisky (photo de répétition) © Simon Gosselin
La Place Royale, de Corneille – Mise en scène Claudia Stavisky (photo de répétition) © Simon Gosselin

Théâtre : marivaudage cornélien aux Célestins

La nouvelle production de Claudia Stavisky est une pièce peu montée de Corneille, La Place Royale. Première ce jeudi au théâtre des Célestins.

C’est un choix étonnant que propose Claudia Stavisky pour sa nouvelle mise en scène. Après avoir porté à la scène des auteurs contemporains anglophones (Tableau d’une exécution du Britannique Howard Barker en 2016, Rabbit Hole de l’Américain David Lindsay-Abaire en 2017), elle revient à un auteur classique, Pierre Corneille. Mais par un chemin inattendu, puisque c’est celui de la comédie que prend la directrice des Célestins pour se pencher sur l’auteur du Cid et de Médée, davantage réputé comme auteur de tragédies. De plus, c’est un choix original, puisque c’est sur une œuvre de jeunesse remaniée dans sa maturité par Corneille, La Place Royale ou L’amoureux extravagant, qu’elle a jeté son dévolu. Une œuvre longtemps oubliée, peu jouée, entrée au répertoire de la Comédie-Française seulement en 2013, grâce à la mise en scène d’Anne-Laure Liégeois.

Comédie de la jeunesse

La pièce décrit les amours complexes de jeunes gens bien élevés qui se côtoient place Royale (le nom que portait au XVIIe l’actuelle place des Vosges). L’intrigue relève donc plus du marivaudage que du dilemme cornélien. Quoique… On y croise en effet un jeune amoureux, autant épris de la jeune fille qu’il a séduite (et qui l’a séduit) que de sa liberté, placée sur un piédestal. Il bâtit donc un stratagème pour que sa jeune amante tombe dans les bras de l’un de ses meilleurs amis (ravi de l’aubaine) et que lui-même soit ainsi dégagé de toute obligation vis-à-vis d’elle... Derrière les jeux de l’amour et du libertinage, Corneille, en bon tragédien, avance des questionnements profonds, existentiels même. Afin de les dévoiler sur les planches, Claudia Stavisky a opté dans sa distribution pour la jeunesse plutôt que pour des têtes d’affiche (comme Julie Gayet dans Rabbit Hole). La fraîcheur, le naturel de la troupe devraient donner toute sa saveur à cette comédie cornélienne.

La Place Royale ou L’amoureux extravagant – du 9 au 29 mai au théâtre des Célestins

–> Bords de scène : rencontre avec l’équipe à l’issue de la représentation les 15 et 23 mai

La Place Royale (photo de répétition) © Simon Gosselin
La Place Royale (photo de répétition) © Simon Gosselin

[Article publié dans Lyon Capitale n° 788 – Mai 2019]

à lire également
Inflammation du verbe vivre, de Wajdi Mouawad (photo de répétition) © Pascal Gely
Habitué de la scène du TNP, Wajdi Mouawad revient à Villeurbanne avec une nouvelle pièce, dont il signe l’écriture, l’interprétation et la mise en scène, Inflammation du verbe vivre.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut