Salif Keita & uKanDanz : dimanche éthio-mandingue à Fourvière

Célèbre aussi bien pour son immense talent que pour son apparence et ses prises de position dénonçant la condition des albinos dans son pays (considérés comme maléfiques au Mali), Salif Keita, aujourd’hui âgé de 64 ans, n’a jamais cessé au cours de sa carrière de naviguer musicalement au rythme de ses envies et des époques.

Du funk à l’afro-jazz, de la pop à la salsa, ce descendant en ligne directe du fondateur de l’empire du Mali, Soundiata Keita, s’est imposé comme un pilier incontestable de la “world music”, concept esthétique hérité des années 1980 qui n’a pas fait que du bien aux traditions musicales du monde mais qui eut le mérite de faire découvrir beaucoup d’entre elles au monde occidental. Keita est l’un de ces ambassadeurs, doué d’une voix unique, délicatement éraillée, entre velours et papier de verre. Voyageur devant l’éternel, sa récente collaboration avec Philippe Cohen-Solal (Gotan Project) emprunte des voies mêlant la musique électronique à la tradition mandingue.

En ouverture de soirée, les Lyonnais de uKanDanZ exposeront leurs velléités de tenter la fusion entre le jazz, le rock et la musique éthiopienne : un éthio-jazz à haute tension électrique, au sein duquel le chanteur Asnaqé Gèbrèyès tire son épingle du jeu de fort belle manière. Une occasion rêvée de (re)découvrir les mélodies et rythmiques particulièrement insolites d’Abyssinie, une terre marquée par un syncrétisme culturel et religieux dont la musique semble magnifiquement imprégnée.

-----

Salif Keita + uKanDanZ. Dimanche 28 juillet, à 21h, au théâtre antique de Fourvière (Lyon 5e). Nuits de Fourvière 2013.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut