Saint-Sorlin, plus insolent que Molière

Pourtant, parce qu'il était leur aîné de quelques dizaines d'années, le dramaturge français a échappé à la codification classique du Grand siècle, la règle des trois unités, les rimes bien calibrées et autres carcans d'écriture. Ses pièces sont donc d'une grande liberté et d'une folle insolence. Celui qui fut le compagnon de Louis XIII et le protégé du Cardinal de Richelieu expose en effet des névrosés en tout genre, fait une apologie à peine voilée de l'homosexualité, défend le célibat ou attaque avec force la famille et les règles de vie en société... L'une de ses pièces les plus amusantes, Les Visionnaires est montée cette semaine par Christian Schiaretti et les étudiants de l'ENSATT, Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre. Jeux en relais, changements de rôles, interpellations, dédoublements, travail de chœur... Cette pièce totalement baroque devrait être riche d'enseignements et de possibilités pour ces apprentis de la scène.

> Les Visionnaires, jusqu'au 2 mars à l'ENSATT, 4 rue Sœur Bouvier, Lyon 5e. 04 78 15 05 07.

Faire défiler vers le haut