Raciste OSS117 ?

allie la beauté de l'image et la finesse de l'hommage à la force du propos. Le tout dans un élan de politiquement incorrect rarement égalé dans une comédie hexagonale. De quoi retrouver avec plaisir le succulent Hubert Bonisseur de la Bath, l'agent secret français le plus stupidement exécrable de notre vieux pays. Rencontre avec le réalisateur : Michel Hazanavicius.

Lyon Capitale : Pourquoi avoir placé l'action du film en 1967 ?

Michel Hazanavicius : La hantise de faire un film qui serait trop proche du premier. Il fallait tuer le un pour passer à autre chose. L'année 1967 permettait de changer de références cinématographiques. Et, au niveau purement scénaristique, ça permettait de garder le même personnage tout en changeant les ressorts de comédie. Il faut à la fois respecter le rendez-vous qu'on donne au spectateur mais en même temps, ne pas faire le film qu'il attend. Il faut surprendre.

Vous placez donc l'action sous l'ère du Général de Gaulle, un an avant les événements de 68...

La société a bougé. On est passé du monde de nos grands pères au monde de nos pères. On a gardé le même personnage. OSS117 est toujours aussi bête et aujourd'hui, les femmes, les jeunes, les minorités lui répondent. Dans le premier, 12 ans plus tôt, les gens se contentaient de le regarder un peu longuement d'un œil réprobateur, ce qui permettait au spectateur d'entendre penser les personnages. Dans Rio ne répond plus, ils répliquent et mettent OSS, qui n'est pas le plus intelligent des hommes, en situation d'échec. C'est nouveau pour lui

La bêtise du personnage semble un bon prétexte pour rire du pire...

Il y avait une partie vanne interdite du premier volet qu'il fallait garder et son côté français vaguement raciste, en tout cas inculte, sûr de lui, ignare et supérieur est idéal. Il n'y a pas aujourd'hui en France trente-six minorités qui permettent de faire ce genre de vannes interdites. Celles où l'on se dit que le personnage va trop loin, qu'il ne faut pas faire ce genre de blagues. Quand on prend un petit temps pour se demander si le rire est possible... Selon moi, il n'y a que les Arabes, les Noirs et les Juifs. Comme il était confronté aux Arabes dans le premier, il était sain de changer, c'est tombé sur les Juifs. Mais on n'attaque personne. Même pas les Français.

Date de sortie : 15 Avril 2009
Réalisé par Michel Hazanavicius
Avec Jean Dujardin, Louise Monot, Alex Lutz ...
Film français. Comédie. 1h 40min.
www.oss117.frlien

à lire également
La 12e édition du Festival Lumière aura lieu du 10 au 18 octobre prochain à Lyon. La programmation, annoncée ce mercredi 9 septembre, met à l'honneur les cinéastes belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, lauréats du Prix Lumière 2020, mais aussi Michel Audiard.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut