Vue de Lyon statue Vierge Fourvière
© Tim Douet

Quand le 8 décembre est-il devenu la Fête des Lumières ?

Derrière la Fête des lumières de Lyon, on oublie parfois l’événement religieux du 8 décembre. Bien qu’elle n’ait rien à voir avec la peste, cette date reste importante pour les Lyonnais. Quand ce 8 décembre est-il devenu la Fête des lumières ? Réponses.

Le 8 décembre 1852, à l'occasion de l'inauguration de la statue de la Vierge Marie à Fourvière, la ville de Lyon s'illumine (rien à voir avec la peste donc, comme on vous l'explique ici). Par la suite, les habitants prennent l'habitude de mettre des lumignons à leurs fenêtres chaque année, perpétuant une nouvelle tradition qui reste encore très loin de la fête que l'on connaît aujourd'hui.

En 1989, le maire Michel Noir décide de faire illuminer certains monuments et ponts de la ville pour célébrer le 8 décembre, mais aussi pour assurer la promotion du plan Lumière, plaçant Lyon comme l’un des spécialistes de l’éclairage urbain. Il pose de cette manière la première... ampoule du renouveau.

Une invention de Raymond Barre

Dix ans plus tard, en 1999, Raymond Barre voit les choses en bien plus grand avec le festival “Lyon Lumière”. La fête dure alors quatre jours. Une cinquantaine de manifestations sont organisées dans toute la ville, dont une vingtaine d’installations labellisées “festival Lyon Lumière”. L’année suivante, c’est le double qui enchante les yeux des Lyonnais et des visiteurs internationaux.

En 2001, Gérard Collomb accède à la mairie et en profite pour rebaptiser l’événement, qui devient alors officiellement “Lyon 8 décembre Fête des lumières”. La date symbolique est utilisée pour rappeler l'ancienne tradition. Néanmoins, tout l'aspect religieux est désormais largement mis au second plan, éclipsé par une fête qui embrasse totalement son statut de grande manifestation composée d’œuvres d'art éphémères.

La fête aurait
-elle dû avoir lieu le 12 décembre ?
Aurait-on pu avoir une croix géante éclairée au gaz au lieu de la statue de la Vierge en haut de Fourvière ?
La fête était-elle commerciale dès sa première édition ?
Qui finance les affiches “Merci Marie” ?
Pourquoi les animations ne doivent pas dépasser 15 minutes dans les lieux de forte affluence...
Découvrez toutes les réponses dans Lyon Capitale 739, actuellement en kiosques et dans notre boutique en ligne. Dans ce même numéro : l’histoire vraie du 8 décembre en bande dessinée.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut