Concert rock
© Tim Douet

Programmation rock : la recette lyonnaise

En termes de musiques actuelles, est apparu ces dernières années un paradoxe lyonnais. En dépit des difficultés, bien connues, de certaines structures, de la difficulté de nombre d’artistes locaux à émerger et du désintérêt proverbial des pouvoirs publics pour ce domaine, depuis deux ou trois saisons, la programmation des salles lyonnaises ne s’est jamais aussi bien portée.

Lyon Capitale-le mensuel vous explique comment ça marche, et pourquoi. Extraits.

La programmation n’est pas un monde de Bisounours et, aux dires de certains programmateurs, il est même plutôt impitoyable. De plus en plus, ce sont les agents des groupes qui dictent leurs conditions : “Beaucoup d’agents imposent la première partie et le prix des places. Parfois, on nous impose même, sur des dates confirmées, de ne pas annoncer le concert avant telle date, et de plus en plus les conditions d’accueil”, confie Sophie Broyer, la programmatrice de l’Épicerie Moderne à Feyzin. (…)

Pourtant, dans l’agglomération lyonnaise, la programmation est de plus en plus enthousiasmante : on peut y voir en concert la crème du rock français et international, avec des découvertes “qui tuent”. Quantitativement d’abord, du fait d’un maillage de salles de toutes tailles comme peu de villes en connaissent, mais aussi qualitativement, grâce au travail d’une génération de programmateurs qui, du minuscule Kraspek au mythique Transbordeur, en passant par les très excentrés Épicerie Moderne et Clacson, s’échinent à attirer ce qu’il y a de meilleur – connu ou pas – pour nos oreilles. (…)

Le secret, Sophie Broyer et David Fontaine (programmateur au Transbordeur) le dévoilent en chœur : “Notre but à tous, ce n’est pas que tel ou tel groupe passe dans notre salle, mais qu’il passe à Lyon.”

Pour Lyon Capitale, Marion Bornaz (programmatrice au Clacson d’Oullins), Benjamin Petit (Marché Gare), Sophie Broyer (Épicerie Moderne) et David Fontaine (Transbordeur) ouvrent leurs cuisines à musique.

-------------------

Une enquête à lire dans Lyon Capitale-le mensuel n°714, en vente en kiosques jusqu’au 27 septembre, et dans notre boutique en ligne.

à lire également
Etienne Daho © Richard Dumas // Gaëtan Roussel © DR (montage LC)
Même si Miossec fait défaut, la semaine de concerts lyonnaise reste solide. Avec le deuxième passage du Blitz rennais et un surprenant Trafic roussellien.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut