Pénélope et les sirènes – Photo © Manuel Braun / Détails de l’affiche de Lyon BD 2018 © P. Bagieu (montage Lyon Capitale)
Article payant

Pénélope Bagieu : le “rageomètre au max”

On ne l’avait plus vue depuis son exode américain. Pénélope Bagieu revient à Lyon BD (mais dès ce vendredi) pour une expo “Culottées”, souterraine mais certainement pas en sourdine. ENTRETIEN.

Lyon Capitale : Vous êtes une fidèle du festival lyonnais, qui vous a confié cette année son affiche. Mais où avez-vous trouvé des sirènes à Lyon ?
Détail de l'affiche du festival Lyon BD 2018 © Pénélope Bagieu
© Pénélope Bagieu
Pénélope Bagieu : Peut-être la nuit très tard, après une fête (rire). Je n’avais pas de contrainte, alors pour une fois que sur une affiche on n’est pas obligé de faire un truc nul avec des ficelles bien ringardes pour que les gens comprennent qu’on parle d’un festival BD, je me suis fait plaisir en dessinant quelque chose de beau. Toutes les représentations fantastiques de femmes me plaisent bien… On retrouve votre nouveau style graphique, très moderne. Quand on a un style qui a immédiatement conquis le public avec Ma vie est tout à fait fascinante, il n’y a pas la tentation de travailler toujours dans la même veine ? Ah non, c’est le même style, dix ans plus tard. Sur California dreamin’, j’avais fait un peu autre chose, mais là c’est 100 % mon dessin. Et puis on passe trop de temps sur une BD pour faire autrement que ce qu’on a envie de faire. Dans vos premiers albums, qui étaient qualifiés avec un peu de condescendance de BD “girly”, le propos était déjà assez féministe, mais il semble nettement plus assumé dans Culottées C’est devenu politiquement incorrect de dire girly, sinon ils le feraient ! Mais c’est surtout que j’ai commencé à 24 ans et que j’en ai 36. Je ne suis plus dans les mêmes préoccupations, j’ai des choses à régler dans la façon de m’affirmer. Mais personne ne se demande s’il fait plus ou moins de féminisme dans son travail. C’est juste le reflet sincère de ce que tu es. Personne ne pose la question à un auteur de BD mec qui parle de sa difficulté à avoir un enfant alors qu’avant il était connu pour ses blogs sur les jeux vidéo…

Il vous reste 82 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut