Nuits Sonores enlève le haut

Le festival de musiques électroniques et indépendantes Nuits Sonores, qui se tiendra du 12 au 16 mai prochain, révèle une partie du déroulé de sa 8e édition. Il faudra pourtant attendre le 24 février prochain pour qu’Arty Farty, l’équipe organisatrice, dévoile le bas et la totalité de sa programmation.

C’est une habitude, le Festival Nuits Sonores dédié aux musiques électroniques et indépendantes profite du jeudi de l’Ascension pour s’installer dans la ville sur cinq journées. Petit souci cette année, la plupart des jours fériés tombent le samedi. Résultat ? Le pont de l’Ascension, dernier survivant des week-ends de quatre jours, pourrait bien donner envie à certains de quitter la ville pour quelques courtes vacances. Ce qui ne fait pas peur à l’équipe d’Arty Farty qui affiche ses ambitions en agrandissant le site principal du festival, le Marché Gare, qui passerait de 9000 à 11 000 places. De quoi faire exploser la fréquentation de l’édition précédente qui avait réuni quelque 67 500 individus. L’équipe, souvent en recherches d’espaces pour ses soirées principales, espère d’ailleurs conserver ce site une troisième année consécutive et y inscrire également son édition 2011.

Nouveautés et valeurs sûres.

Si la programmation n’a pas encore été divulguée, un certain nombre de festivités ont été exposées.

- Deux All Day Long se tiendront le jeudi et le samedi entre 15 et 23h à la Piscine du Rhône. La première mettra à l’honneur le label parisien électro Kill The Dj, représenté, entre autres, par Jennifer Cardini, Ivan Smagghe et Piloosky. La seconde marque le grand retour de la Body & Soul, la transposition des soirées house cultes new-yorkaises.

- Côté nouveauté, les enfants seront à l’honneur lors de la Mini Sonore, le vendredi à la Piscine du Rhône. Une journée ludique animée par Pedro Winter, le boss de Ed Banger (le label de Justice) qui aurait promis de mixer déguisé en dinosaure.

- Pôle diurne renforcé au Palais de la Bourse, avec une carte blanche à Montréal qui nous promet poutines, sirop d’érable, DJ Set (avec Mad Kids et Poirier), concerts (Meta Gruau, Duchess Says, ou encore Lesbians on Ecstasy), documentaires et autres activités… le tout entièrement gratuit en dehors des victuailles.

- Et toujours les grands classiques, avec 6 apéros sonores, le circuit électronique, fort de ses 14 étapes gratuites, le programme Extra et sa multitude de projets barrés. Les siestes sonores, rendez-vous ensoleillé du dimanche pour les clubbers de la dernière heure et les familles, qui se tiendront cette année au parc de la Sarra

- Pour clôturer, l’habituel concert spécial du dimanche mettra à l’honneur un groupe emblématique des musiques avant-gardistes. Cette année, c’est le Théâtre des Célestins qui accueillera le live événement de The Residents. Attention, la billetterie est d’ores et déjà ouverte.

- À noter, pour perpétrer l’esprit de ce festival urbain pleinement inscrit dans la ville, de nouveaux espaces investis, soit une quarantaine au total. De la place Maréchal Lyautey à l’Auditorium en passant par la plupart des clubs de la ville et quelques boîtes de nuits comme le Bloc ou le Sound Factory.

www.nuits-sonores.com

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut