Mille francs de récompense : Pelly et les miracles hugoliens

Lorsque le metteur en scène Laurent Pelly s’empare de Mille francs de récompense, une œuvre théâtrale de Victor Hugo, la scène devient le théâtre d’une éblouissante comédie humaine d’une intelligence et d’une beauté férocement bouleversantes.

Saisissant de modernité, le texte manie avec brio suspense, rebondissements et violente chronique sociale. Hugo dresse le portrait au vitriol d’une société de l’argent à l’époque de la Restauration et fait d’un miséreux un héros magnifique qui sortira une famille bourgeoise ruinée des griffes d’un homme d’affaires véreux. L’engagement de l’auteur est dans chaque réplique dont les comédiens, saisissants de justesse et de naturel, magnifient la portée. Les scènes se succèdent comme des plans cinématographiques, Laurent Pelly sait comme personne rendre les planches vivantes et vibrantes et joue à focaliser le regard sur telle ou telle action, pendant que d’autres ont lieu dans un coin du plateau. L’histoire défile, la neige tombe et le spectateur demeure ébloui et captivé par le fil ininterrompu de cette grandiose comédie de la vie.

L’humain au cœur des vertiges esthétiques

La beauté apparaît omniprésente dans le spectacle grâce à Chantal Thomas dont la scénographie et les décors font encore des merveilles. Quatre tableaux se succèdent oscillant entre réalisme, jeux graphiques, transparence… Les lieux deviennent familiers, presque réels et en même temps ils semblent sortis d’un conte onirique. Par un habile jeu de lumières, les décors se transforment et permettent des moments troublants de beauté, comme lorsque les huissiers s’emparent des objets de l’appartement dans un ballet de silhouettes noires sur fond blanc. Le maquillage des personnages, les masques de bal et les costumes donnent vie aux peintures et aux dessins populaires du 19è siècle. Mille francs de récompense est une œuvre peu jouée et pourtant son propos s’avère étonnamment contemporain, tout comme la langue hugolienne, admirable. Mis en scène par Laurent Pelly, chaque instant est jubilation, vivant, grandiose, populaire et beau, Hugo par Pelly c’est un véritable choc des titans !

Mille Francs de récompense, jusqu’au 19 février. Au Théâtre de la Croix-Rousse. www.croix-rousse.com

à lire également
L’opéra de Lyon et l’une de ses muses © Tim Douet
Mélange de classicisme et de modernité, l’opéra de Lyon n’est pourtant pas le premier apparu dans la ville. Comment est-il arrivé à côté des Terreaux, avec ses huit muses qui dérogent à la mythologie ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut