Maud Le Pladec Moto-Cross
© Eric Soyer

Lyon, 26 janvier : premier jour du Moi de la danse

Avec Carolyn Carlson, Boris Charmatz, Maud Le Pladec… 2e édition du festival de danse des Subsistances, mêlant chorégraphes reconnus et jeunes artistes.

Les Subsistances renouvellent leur festival “Le Moi de la danse” avec ce même objectif de mettre le projecteur sur des chorégraphes à l’univers si particulier. Entre Carolyn Carlson, Boris Charmatz et Maud Le Pladec, le grand écart est jeté !
 Le “Moi de la danse” mêle de jeunes artistes avec des personnalités reconnues, pour interroger l’identité et la singularité de leurs démarches. Ainsi retrouve-t-on dans cette programmation Carolyn Carlson, Boris Charmatz et Thomas Hauert, avec à leurs côtés le jeune Marocain Fouad Nafili dans Sarab (Mirage).

Autour des spectacles, de nombreux événements : conférences, workshops, master classes, rencontres, cours de danse minute, exposition, projections d’archives, sans oublier une fête de clôture.

Les 80s à pleins gaz

L’édition sera marquée par la création de Maud Le Pladec Moto-Cross. La chorégraphe se souvient qu’enfant elle dansait sur les musiques pop de la disco-mobile de son père. Celui-ci l’avait peinte en tutu rose sur la portière de sa camionnette tandis qu’elle courait de gala en compétition de moto-cross. Si elle n’est jamais devenue la danseuse en tutu, c’est bien grâce à elle qu’elle danse aujourd’hui.

Le propos de la pièce lui permet de regarder l’actualité musicale et politique des années 1980, transformant la dimension autobiographique en une fiction qui questionne le sens de notre existence. Conçu comme une sorte de rétrospective, Moto-Cross se déroule telle une frise historique qui mêle l’intime et le politique, au cours de laquelle Maud Le Pladec dialogue notamment avec le philosophe Miguel Abensour et la psychanalyste Sabina Spielrein. Elle s’interroge sur la France de cette décennie-là et le désenchantement d’une jeunesse politique.

Renouant avec l’énergie musicale et scénique de ses précédents spectacles, on la verra mixer des morceaux emblématiques de la “french touch”, reprendre les paroles décadentes du french boogie et expérimenter les danses urbaines de cette époque, comme le waacking et le locking. À découvrir !

Le Moi de la danse – Du 26 janvier au 12 février, aux Subsistances.
Rencontre avec Carolyn Carlson– Lundi 30 janvier à 20h30
Rencontre avec Boris Charmatz – Samedi 4 février à 17h
Maud Le Pladec / Moto-Cross – Du 9 au 11 février à 20h

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut