La Traviata version métaphysique à l'Opéra de Lyon

Tout le monde connaît, consciemment ou non, un air de la frêle Violetta ou du bel Alfredo, Verdi ayant sans doute composé l'opéra le plus populaire de l'histoire de la musique. Le livret écrit d'après l'histoire de la Dame aux Camélias recèle plusieurs niveaux de lecture et le romantisme un peu sirupeux se doit d'être dépassé pour raconter l'histoire, car La Traviata peut être sublimée ou ridiculisée par une mise en scène. Nul doute que celle du prodigieux Klaus Michael Grüber, décédé l'an dernier, maître des représentations de l'indicible et amoureux des silences contemplatifs, aura su se saisir de la finesse du chef d'œuvre.

La Traviata, mise en scène de Klaus Michael Grüber. Du 23 juin au 7 juillet, à l'Opéra de Lyon, Place de la comédie, Lyon 1er. Et vendredi 3 juillet à minuit, retransmission sur écran géant aux Nuits de Fourvière (ainsi que dans la région).
0826 305 325.
www.opera-lyon.com

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut