Justice, crimes et littérature envahissent Gadagne pour l'été

Le coteau de Fourvière (détail), gravure, anonyme, 1er quart du 20e s © musées Gadagne

Le Musée Gadagne a prévu une programmation variée pour la saison estivale. Dès le 13 juin, trois expositions seront à retrouver, tandis que d'autres animations et spectacles rythmeront l'été.

L'ambition du Musée Gadagne est claire : faire revenir ses visiteurs à chacune de ses nouvelles expositions, et investir la scène culturelle lyonnaise pour l'été 2012. Pour cela, il n'y a pas de secret : Gadagne se renouvèle régulièrement en organisant des expositions sur des thèmes plus ou moins complémentaires.

Pour inaugurer cette saison estivale, le Musée rend hommage au Palais de Justice de Lyon à travers une exposition en images. En effet, les travaux de rénovation de l'édifice, débutés en 2007, sont sur le point d'être terminés. Plans, gravures et photographies témoignent des changements majeurs qu'a connue l'antre de la justice lyonnaise au fil de l'Histoire. Au cœur du quartier Saint Jean, siège historique de la justice à Lyon, le palais de justice a d'abord revêtu des allures féodales au Moyen-Age, puis italiennes après l'incendie de 1722, avant d'être transformé en un lieu austère et terrifiant entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Le bâtiment a subi une dernière reconstruction entre 1837 et 1847, orchestrée par l'architecte fantasque L.P. Baltard qui a aussi réalisé sa décoration intérieure.

Carte blanche aux scènes de crime de Delphine Balley

© Delphine Balley Courtesy galerie Suzanne Tarasieve

Pour accompagner l'exposition sur le Palais de Justice, une carte blanche un peu particulière a été donnée à Delphine Balley. L'artiste a intégré dans le parcours du musée six de ses œuvres reconstituant des scènes d'avant et après crime. Elle s'est inspirée des anciens dossiers judiciaires de l'avocat Frédéric Doyez. Puis, interpellée par certains détails de ces affaires, la jeune photographe est partie à la recherche de décors particuliers et inquiétants, le plus souvent dans des maisons bourgeoises abandonnées. Les œuvres dégagent toutes une tension palpable et laissent une porte ouverte à l'imaginaire des visiteurs.

Frédéric Doyez complète le projet en offrant sa vision de l'histoire, basée à la fois sur fiction et réalité. Les textes lus et enregistrés peuvent être écoutés sur smartphone grâce à un dispositif mis en place par Orange. Cependant, ce procédé intéressant est pénalisé par les murs épais du musée qui empêchent de capter le réseau. Un casque est toutefois proposé comme solution de secours.

Portraits en littérature

La dernière exposition, "Portraits en littérature", s'éloigne du milieu judiciaire, pour s'attacher à l'histoire sociologique du portrait. Au cœur du Musée Gadagne, dans une salle un peu étrange, les visiteurs sont accueillis par 42 visages les fixant. Ce sont des portraits d'hommes et femmes inconnus, qui ont été réalisés dans la région Rhône-Alpes entre la fin de la Révolution et le début de la Première Guerre Mondiale.

Ces œuvres mystérieuses, dont on ne connaît ni le nom de l'auteur, ni celui des personnes qu'ils représentent, ont été mises en lien avec des figures illustres de la littérature française du XIXe siècle. Ainsi, le public pourra s'amuser à retrouver dans ces visages quelques traits curieusement ressemblant à ceux des personnages de la littérature classique. Ces portraits montrent surtout la diversité sociale de la société française du XIXe siècle. Tous sont reliés par un même point commun : la mode des portraits de l'époque, une représentation de soi qui permet de laisser une trace de son passage sur terre.

Portrait d’un dominicain – inconnu – huile sur toile – XIXe siècle - Associé à Torquemada / Victor Hugo Torquémada - DR

L'été sera costumé

Dans le cadre du projet « Tout l'monde dehors », d'autres activités sont également prévues pour la saison estivale, comme des balades thématiques en famille, des visites guidées spécialisées, un concours photo, des spectacles de marionnettes indiennes et le bal bollywood du 13 juillet.

Sans oublier l'exposition « Voyages officiels à Lyon », qui propose de faire découvrir les entrées royales et voyages présidentiels à Lyon au fil des époques et de leurs enjeux. Mise en place au musée depuis le 24 avril, elle ne s'achèvera que le 26 août 2012.

à lire également
D’expositions en concerts, en passant par des représentations de théâtre et la traditionnelle Vogue des Marrons, retrouvez une sélection des activités à faire ce weekend. Secrets de bijoux Le Palais de la Bourse accueille une exposition de bijoux précieux (lire ici). Près de 300 pièces sont présentées. Organisée par Francéclat - comité professionnel de développement […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut