L’opéra de Lyon et l’une de ses muses © Tim Douet
L’opéra de Lyon et l’une de ses muses © Tim Douet
Article payant

Histoire de l’opéra de Lyon – muse perdue et salle maudite

Mélange de classicisme et de modernité, l’opéra de Lyon n’est pourtant pas le premier apparu dans la ville. Comment est-il arrivé à côté des Terreaux, avec ses huit muses qui dérogent à la mythologie ?

Le premier opéra de Lyon est né administrativement en 1687. Il s’est installé un an plus tard à l’angle de la rue du Garet et de la rue Pizay, non loin de celui que nous connaissons aujourd’hui. Son histoire est celle d’un terrible échec. Il est fondé par Jean-Pierre Legay, jeune musicien de trente ans qui monnaye le droit de jouer des opéras de Lully à Lyon, en échange de deux mille livres par an. Après un début flamboyant, les Lyonnais boudent la nouveauté. Jean-Pierre Legay perd des sommes importantes et, en 1689, un incendie tue définitivement son initiative. Une forme de malédiction va toucher pendant des siècles tous les établissements qui ouvriront dans la ville. Quand ce n’est pas la faillite à cause du désintérêt des Lyonnais qui met fin aux aventures, ce sont les incendies.

Il vous reste 86 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
De la maison des morts – Mise en scène Krzysztof Warlikowski © Clive Barda
Ce lundi, on découvrira la vision du metteur en scène polonais sur De la maison des morts, l’adaptation par Janacek pour l’opéra du texte de Dostoïevski. Bienvenue en Sibérie.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut