Hiroshima mon amour

Je vous emmène là où la verbalisation n’a pas de sens”, ce sont avec ces mots de Donald Winnicott que Bruno Meyssat évoque Observer sa dernière composition théâtrale. Après Sophocle, Strindberg, Beckett, le metteur en scène -à l’univers visuel unique qu’il aime à qualifier de “peintures en mouvement”- débarque au théâtre de la Croix-Rousse avec une œuvre invitant à la réflexion sur les désastres d’Hiroshima.

Afin que ses comédiens comprennent précisément l’enjeu de sa création sur Hiroshima, Bruno Meyssat a convié tout le monde à un voyage au Japon pour une immersion totale dans une ville meurtrie par l’Histoire. “Les faits de la destruction d’Hiroshima le 6 août 1945 sont rarement commentés, divulgués alors qu’ils portent des enseignements sur l’Histoire, sur la nature humaine, sur le rapport aux techniques et au temps”, confie le metteur en scène. Aux confins d’une observation labyrinthique, Meyssat fait le choix de questionner le réel à travers les fondements de la spiritualité nippone et livre une approche de l’horreur en convoquant des textes- témoignages, des réflexions philosophiques et des poèmes de survivants.

À ces “observateurs” s’ajoutent les fantômes de la littérature japonaise classique, des personnages emblématiques qui créent l’irréel et la rêverie dans la réalité. Une création audacieuse par son sujet et sa forme qui risque de décontenancer les amoureux de la normalité et la linéarité au théâtre…

Observer. Du 2 au 5 décembre, au théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4è. 04 72 07 49 49
www.croix-rousse.com

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut