L’un des Master Musicians of Jajouka et Max Richter © DR / Rahi Rezvani (montage LC)
L’un des Master Musicians of Jajouka et Max Richter © DR / Rahi Rezvani (montage LC)

Concerts : les maîtres du Rif et 3x4 Saisons pour finir la semaine à Lyon

Un son à part, envoûtant. C’est celui de l’orchestre de Jajouka qui débarque à l’opéra. Des sons électroniques et un rythme du tango, ce sont les Saisons de Vivaldi revisitées à l’Auditorium. Fin de semaine réjouissante dans les institutions classiques lyonnaises.

Les Master Musicians of Jajouka © DR
Les Master Musicians of Jajouka © DR

Rif mystique à l’amphi

Héritiers d’une lignée de musiciens mystiques du Maroc, les Master Musicians of Jajouka n’auraient sans doute jamais vu leur tradition séculaire parvenir à séduire l’Occident sans le concours de la Beat Generation, de Brian Jones (des Rolling Stones) ou du saxophoniste jazz Ornette Coleman qui furent les principaux lobbyistes de cette transe de la région du Rif. C’est que le son des Master Musicians of Jajouka a quelque chose d’à part, de transcendantal. Composé de tambours et d’instruments traditionnels à anches et à cordes aux timbres riches, l’orchestre scande à l’unisson des thèmes envoûtants et répétitifs laissant se déployer les harmoniques plantureuses loin des standards de la world music aseptisée. De la musique de fumeur de chicha à l’opéra, qui dit mieux ?

Master Musicians of Jajouka – Vendredi
3 mai à 20h à l’amphithéâtre de l’opéra


Et défilé de Saisons à l’Auditorium

Max Richter © Rahi Rezvani
Max Richter © Rahi Rezvani

L’Auditorium nous propose une variation autour du thème des Quatre Saisons en deux concerts. Chef-d’œuvre absolu d’inventivité, d’expressivité et de poésie, le cycle de quatre concertos épiques composé en 1723 par Vivaldi demeure le plus grand acte dans le domaine de la musique descriptive. Inspirant au plus haut point, il a récemment donné lieu à des propositions (un peu à la manière des remakes au cinéma) où la subjectivité de compositeurs modernes embrassait l’âme des concertos fondateurs. C’est en la présence de Max Richter (au piano et électronique) que nous pourrons découvrir sa vision des Saisons, dans un style à la frontière du classique et des musiques actuelles. Quant à celles d’Astor Piazzolla, elles touchent au style musical inventé par le bandéoniste argentin, le tango nuevo.

Max Richter / Les Quatre Saisons – Samedi 4 mai à 18h à l’Auditorium

Vivaldi + Piazzolla / Les Huit Saisons – Dimanche 5 mai à 16h, même lieu


[Ces articles sont extraits de Lyon Capitale n° 788 (mai 2019) et de notre supplément Culture de janvier]

à lire également
Le grand orgue Cavaillé-Coll de l’Auditorium de Lyon © David Duchon-Doris
Très à l’honneur ce mois de juin, le grand orgue de l’Auditorium exhibera ramage et plumage à l’occasion de plusieurs concerts, notamment pour le jeune public, et du concours international Olivier Messiaen.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut