Comœdia façade
© Nicolas Spiess / Comœdia

Comoedia de Lyon : 3 nouvelles salles ouvrent ce mercredi

Le cinéma historique de l’avenue Berthelot (Lyon 7e) s’offre un nouvel élan grâce à trois salles de projection supplémentaires.

L’entrée du cinéma Comœdia, avenue Berthelot, Lyon 7e © Nicolas Spiess / Comœdia

© Nicolas Spiess / Comœdia

Ce mois d'octobre 2017 marque une nouvelle page dans l'histoire du Comœdia. Après des péripéties qui ont failli le mener à la fermeture, le cinéma du 7e arrondissement va encore s'agrandir avec trois nouvelles salles (de 50, 80 et 85 places) qui ouvrent ce mercredi matin à 10h30. À l'occasion de cette rénovation, de nombreux lots sont à gagner. Lors des prochaines avant-premières, les spectateurs pourront notamment remporter un an de cinéma.

Un cinéma d’histoire

Le cinéma Comœdia, avenue Berthelot, en 1922 ou 1924 © Archives Comœdia

© Archives Comœdia
Le Comœdia au début des années 1920.

Ouvert en 1914, le cinéma, d'abord forain, se sédentarise et devient l'un des plus vastes de la ville. Mais il doit rapidement affronter la concurrence des cinémas de la Presqu'île, qui projettent les grands films, pendant que le Comœdia, qui s'appelle encore à l'époque le Berthelot, se veut un cinéma de quartier. Rebaptisé Comœdia en 1924, le cinéma est agrandi et l'année suivante il compte près de 900 places. Les années passent, mais il est toujours aussi difficile pour le cinéma d'acquérir les grands films. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est réquisitionné par les autorités allemandes, puis bombardé en 1944. Reconstruit avec la façade qu'on lui connaît, le Comœdia peine jusqu'en 1960 où son propriétaire, Rémi Lapouble, le fait équiper d'un dispositif capable de projeter les films en 70 millimètres. Les plus grands noms du 7e art se pressent alors dans les salles du Comœdia pour assister aux projections en avant-première. Les héritiers de Rémi Lapouble conservent l'équilibre du cinéma en projetant à la fois des films plus grand public et du cinéma d'auteur. Le 30 décembre 2003, le cinéma ferme ses portes, mais rouvre trois ans plus tard, pour le plus grand plaisir des adeptes des salles obscures.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
1 commentaire
  1. Kasneh - 25 octobre 2017

    Un des 3 cinémas de la rive gauche à Lyon ( Le Comédia 7°, L' Astoria 6°, La Fourmi 3°). Longue vie !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut