Bleu beats

Une attraction qui existe, on le sait moins, depuis 20 ans, à l'initiative de trois batteurs, Chris Wink, Steve Stanton et Matt Goldman. L'invasion a pris du temps mais elle est totale : Amsterdam, Tokyo, Berlin, Las Vegas, Paris, Bruxelles, les Blues, sont partout et ils font du bruit. Quelque part entre ce que Broadway peut produire de meilleur (et donc de pire, la frontière est souvent ténue) et les numéros visuels pète-rétine du Plus Grand Cabaret du Monde, les Blue Men sont des musiciens percussionnistes très bricoleurs : ils se fabriquent des machines musicales à la Géo Trouvetou et tapent dessus pour reprendre, notamment, des tubes mondiaux (I Feel Love, Baba O'Riley des Who, White Rabbit du Jefferson Airplane). Qu'on ne s'y trompe pas, on ne se peint pas en bleu juste pour taper sur des bouts de tuyaux ; il y a un concept derrière les hommes en bleu. Et même paraît-il des éléments de critique sociale. C'est en effet tout le star-system qui est visé par ces hommes interchangeables (ils sont une trentaine dans le monde) désireux de ramener l'entertainer à un statut d'artisan anonyme, bref d'anti-star. Mais en moquant la grandiloquence du barnum rock, Blue Man Group finit par rendre un bien pénible hommage aux dérives les plus indigestes du rock de stade. Car la satire, efficace pour en coller plein les yeux et les oreilles, recrée de loin en loin les grands barnums techno-indigestes de Queen, U2, Pink Floyd ou pire, Jean-Michel Jarre. En version familiale et clownesque. Et musicalement, leurs prestations rappellent les productions un peu toc d'Art of Noise jouées par les Tambours du Bronx ou Stomp (d'où vient que les spectacles où l'on tape sur tout et n'importe quoi font un tel succès ?). On aurait tendance à oublier derrière les masques que c'est donc surtout sur le plan musical que le bât blesse, ce qui est embêtant pour un "groupe de rock". Sur cette nouvelle tournée, Blue Man Group met pourtant en place un atelier "comment créer un concert rock parfait"... Pour la perfection, on ne sait pas, mais pour le rock n'roll, prenons plutôt rendez-vous avec Neil Young dans un mois. Avec lui on est sûr que les potards seront dans le rouge, pas dans le bleu.

KM

Blue Man Group. Le vendredi 30 mai, à la Halle Tony Garnier.
04 72 76 85 85 ou www.halle-tony-garnier.com

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut