Baxter Dury, un type qui sait faire chanter les filles

CONCERT – Le fils de Ian Dury, légende du rock’n roll, est un auteur-compositeur injustement ignoré. A l'occasion de la sortie de son troisième album, Baxter passe par L'Epicerie moderne. Il est encore temps de le découvrir.

Avec sa petite tête de chien battu – il fait un peu penser à l’acteur de Shaun of the Dead, Simon Pegg –, Baxter Dury n’a pas à proprement parler le profil de la rock star flamboyante. Mais c'est un faiseur de tubes pop atypiques et un producteur au goût très sûr (notamment du Français Alister). Impossible dès lors de comprendre pourquoi ses deux premiers albums ont été des fours (au point qu’on a aujourd’hui le plus grand mal à les dénicher). Mais on est prêt à jurer qu’avec Happy Soup, le dernier, ce Dury dur au mal et pas revanchard va emporter la mise. Comment résister à cette voix qui oscille entre Gainsbourg et Damon Albarn, et à ces chansons malignes, très british et finalement assez fidèles à l’esprit de Dury père, l'auteur de la célèbre harangue “sex, drugs and rock’n roll”  ? Quand ils ne portent pas des prénoms de filles (Claire, Isabelle), les morceaux de Baxter Dury les invitent à chanter, non sans une certaine nonchalance (Trellic). Or, les types qui savent faire chanter les filles, on les écoute et on se tait.

Baxter Dury + Mansfield Tya. Le 2 décembre, à l’Épicerie moderne, à 20h30.

à lire également
Peter Milton Walsh (The Apartments), Lloyd Cole et Johnny Marr © DR / Kim Frank / Niall Lea (montage LC)
Concerts – The Apartments ce vendredi au Sonic, Lloyd Cole à la fin du mois et Johnny Marr (ex-Smiths) en novembre plongent les fans d’indie-rock près de trente ans en arrière. La mélancolie ne sera sans doute pas sensible que dans la voix de l’Écossais.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut