Alain Bashung, le Pétroleur

Celui de mercredi à l'auditorium, où il présentera Bleu Pétrole, ne devrait pas déroger à la règle.

On l'a découvert récemment, Alain Bashung est très malade. Un cancer du poumon, dit-on. Jusqu'à nouvel ordre, à l'heure où nous écrivons ces lignes, il tient à maintenir sa tournée. L'occasion, pour ceux qui ont eu la chance d'acquérir des places pour son concert lyonnais, de découvrir sur scène les chansons majestueuses de Bleu Pétrole. Un album qui nous montre, assez cruellement, un Bashung au mieux de sa forme. Car l'énergie de Bleu Pétrole est loin d'être fossile, même si Bashung laisse volontiers les rênes à ses acolytes (Gaëtan Roussel, Arman Méliès, Gérard Manset) pour se contenter le plus souvent d'interpréter. Une manière de revenir à l'essentiel, à une forme de simplicité (toute relative) après les audaces de Fantaisie Militaire et de L'Imprudence. L'essentiel ce sont les chansons donc, et la manière que le chanteur a de les triturer de sa voix insondable. De les magnifier surtout, car si on n'attendait pas forcément Gaëtan Roussel a un tel niveau d'écriture, il faut souligner que dans la bouche de Bashung ses compositions prennent une amplitude supplémentaire. Ce pourrait être celle de paysages western, car en revenant aux sources, Bleu Pétrole s'offre une embardée américaine, à coups de guitares fuzz, de clins d'œil country et de violons des grandes plaines. Mais c'est surtout quand il s'affronte à un autre grand monsieur du paysage musical français, Gérard Manset, que l'album prend son envol. Outre une reprise de Il voyage en solitaire, Bashung psalmodie Comme un légo, une de ses chansons mondes dont Manset a le secret. " Comme un imputrescible radeau / Comme un insecte mais sur le dos " répète-t-il. Fissuré de partout mais indestructible. Aux dernières nouvelles, malgré la maladie, Bashung s'adonnerait toujours à la cigarette. Pas étonnant pour un artiste habitué au risque qui a toujours été du genre à fumer sur une nappe de pétrole.

KM

Alain Bashung. Le mercredi 14 mai à l'Auditorium, 149 rue Garibaldi Lyon 3e. 04 78 95 95 95 ou www.auditoriumlyon.com

à lire également
Vu de la place Bellecour
Une salle mythique que les moins de quarante ans n’ont pas pu connaître, un lieu de la vie nocturne lyonnaise qui a accueilli Ray Charles, les Beatles, les Stones… Un palais aujourd’hui oublié, dont la fin de vie fut marquée à plusieurs reprises par la tragédie. Histoire du Palais d’Hiver, le plus grand music-hall d’Europe.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut