Agoria vs Oxia à la Plateforme

Si Agoria fait la fierté de nos contrées, on connaît un peu moins Olivier Raymond aka Oxia. Pourtant, depuis la sortie de son premier maxi en 1995 et la consécration de son LP 24 heures (élu 5e meilleur album de l'année 2004 par les lecteurs du magazine Trax), le co-fondateur du label grenoblois Goodlife s'est imposé comme l'un des djs les plus respectés de la scène techno hexagonale. Rencontre improvisée au détour d'un club parisien.

Lyon Capitale : Ta vocation serait née en 1978, à l'âge de sept ans, lors d'un live de Cerrone sur la Côte d'Azur...
Oxia : Disons que c'est un souvenir très marquant pour moi. Je pense que c'est à ce moment là que pour la première fois j'ai dit à mes parents : "C'est le métier que je veux faire, je veux faire de la musique et faire danser les gens !". Et je leur ai demandé de m'acheter mon premier synthétiseur au Noël suivant.

Oxia, à l'origine, c'est un projet bicéphale. Pourquoi avoir conservé ce nom après le départ de Stéphane Deschezeaux ?
Stéphane se désintéressait un peu de la techno. Il se dirigeait plus vers la deep house jazzy... J'ai commencé à faire des morceaux tout seul. Il venait parfois m'aider pour les finitions... On continuait donc à signer Oxia. Puis, il est de moins en moins intervenu. Quand il y a eu des demandes d'autres labels, ils voulaient le style Oxia. Un style qui finalement était le mien. J'ai continué à utiliser le nom et Stéphane a, de son côté, monté le groupe Human Body.

De l'electro funk d'Afrika Bambaataa à la new wave en passant par l'italo disco, c'est important d'avoir un tel background ?
Oui, je crois que c'est important. Je pense que plus tu as écouté de musiques différentes, plus la tienne est riche. Surtout à l'heure actuelle où il y a pas mal de mélanges de styles et d'influences. Tout ce que j'ai pu écouter a dû, à un moment ou un autre, m'influencer.

Quel est ton secret pour rester frais et dispo derrière tes machines à plus de 3 ou 4 heures du matin ?
C'est assez simple, je suis un gros dormeur. La semaine, je dors 9 à 10 heures par nuit, ce qui me permet d'être en forme le week-end. Et puis, quand une bonne soirée se profile, en général je suis assez motivé et excité, donc j'ai la pêche.

www.oxia-dj.com
Shamouchi : Agorias vs Oxia. Vendredi 7 mars à la Plateforme, face au 4 quai Augagneur Lyon 3.
04 37 40 13 93 ou

www.nuits-sonores.com

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut