A nous de voir 2014 montage

À nous de voir : festival de sciences très humaines à Oullins

Le festival de “Cinéma et sciences” oullinois s’oriente de plus en plus vers les sciences humaines. À (nous de) voir jusqu’au 30 novembre : 120 films pour découvrir la vie sans la vue, sans domicile ou “en rose”, mais aussi le foot au féminin et la condition de la vache. Amateurs d’univers plus lointains, ne désespérez pas, on vous promet Mars et même une nuit avec des extraterrestres.

A nous de voir 2014 (montage Lyon Capitale)

“Scientifique” ne veut pas forcément dire labo et tubes à essais. À Oullins, les organisateurs du festival “Cinéma et sciences” s’intéressent à tous les aspects de celles-ci, avec une prédilection cette année semble-t-il pour les sciences humaines (politique, sociologie…) et “de la vie et de la terre” comme on dit à l’école.

De nombreux films projetés au théâtre de la Renaissance pourraient d’ailleurs illustrer les débats du festival “Mode d’emploi” dont nous vous parlions en début de semaine (lire ici). Ce hasard ( ?) du calendrier devrait permettre une navigation très intéressante entre les mots et les images.

Le programme est riche (120 films) et très éclectique. Alors, plutôt que de chercher un fil conducteur artificiel, nous vous proposons ci-dessous un choix très subjectif, jour par jour. Après, à vous de voir…

Vendredi 21 – Football au féminin : braver les idées reçues

Le film au programme, Un vrai sport de gonzesse (à 20h45), sera suivi d’une discussion en présence notamment de la joueuse de l’OL Camille Abily et (sous réserve) de Cécile Locatelli, l’ancienne capitaine de l’équipe de France féminine.

Samedi 22 – Objectif spatial

Star Trek

Après la projection à 14h de Mars, ultime frontière en présence du chercheur lyonnais Damien Loizeau, grande Nuit de la SF à partir de 20h : 4 films (Star Trek 5, Enemy Mine, Hidden et Los Angeles 1991) pour seulement 6 euros et un petit-déjeuner terrestre offert au bout du voyage.

Dimanche 23 – Sauvés par les champignons ?

Pour découvrir leurs “nouvelles vertus insoupçonnées”, notamment pour l’environnement (projection à 14h15). On pourra continuer avec Ces plantes qui nous veulent du bien à 17h sur les aromatiques et médicinales.

Mardi 25 – Genre : à déterminer

Deux films au programme de cette soirée qui démarre à 20h30 : Espace, ou la géopolitique garçons-filles dans une cour de récré, et Pleure ma fille tu pisseras moins, annoncé comme une “tragi-comédie baroque sur la construction des genres”. Les deux réalisatrices seront présentes pour en débattre.

Mercredi 26 – Écrans juniors

Le festival a pensé aux très jeunes, avec un film visible à partir de 3 ans (Le Piano magique, que l’on avait pu voir en début d’année à “On cartoon…”). À partir de 5 ans, le choix s’étoffe, avec notamment une histoire de troupeau de girafes dans une piscine olympique qui aiguise notre curiosité. Le soir (20h30), c’est l’autruche qui illustre le programme adulte sur le thème de “l’illusion du progrès”.

Jeudi 27 – Internet et la démocratie

Pour introduire le débat, projection à 20h d’Une contre-histoire de l’Internet.

Vendredi 28 – Chomsky par Gondry

Le linguiste américain, intellectuel engagé, “filmé” par le cinéaste français dans une Conversation animée. À 20h30.

Samedi 29 – Le ventre et la vache

Ventre ()

Nos ventres contiennent, apprend-on, 200 millions de neurones. Explications dans Le Ventre, notre deuxième cerveau, dès 20h30. Et l’on ne peut s’empêcher de citer le programme de l’autre salle, qui sera ce soir-là (20h45) “la condition de la vache”. L’intitulé peut prêter à sourire, mais la question est sérieuse et une philosophe des sciences est invitée pour en débattre.

Dimanche 30 – Prenons notre temps

On aurait pu continuer à s’interroger sur les problématiques de l’agriculture (Adieu paysans, à 14h) ou chercher à savoir ce qu’est vraiment “la machine Poutine” (14h15) mais on préfère vous inviter à un “éloge de la lenteur” (10h30) pour clore ce festival en prenant le temps de digérer toutes les images et les idées dont il nous aura nourris.

Edmond Baudoin
Nous avons dû limiter cette sélection, et bien d’autres sujets et films (l’histoire de Ion, le portrait du dessinateur Baudoin, en sa présence…) auraient mérité un coup de projecteur. Mais ils sont tous dans le programme détaillé en ligne ici.
À nous de voir – Cinéma et sciences. Jusqu’au 30 novembre, projections au théâtre de la Renaissance, à Oullins.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
Faire défiler vers le haut