"Tous les gens qui s’intéressent à l’alchimie viennent à Lyon"

Claude Arz a beaucoup voyagé dans ce qu’il appelle la "France mystérieuse". Il a rencontré des druides ou des ésotéristes et visité des lieux empreints de légende, partout dans l’Hexagone. Il sera dimanche 14 juin aux deuxièmes Rencontres du mystère et de l’inexpliqué, qui se déroulent durant tout le week-end à l’espace de l’Ouest lyonnais. Pour lui, Lyon est sans conteste "la capitale de l’ésotérisme".

Son entrée en matière est équivoque : "J’aimerais rendre hommage à Christopher Lee, le maître du mystère, décédé le 7 juin". Claude Arz, malgré son métier d’enseignant en Sciences politiques, n’est pas un anthropologue. Il n’est pas non plus un individu en recherche de spiritualité. Il est un curieux de l’étrange, un avide de rencontres au sein de mondes parallèles et pourtant si proches.

"Le mystère, c’est tout ce qui est inconnu, craint et adulé", explique celui qui a tiré un livre, Voyages dans la France mystérieuse, de ses expériences étranges. "J’ai par exemple assisté à des réunions de druides en plein air, où les participants, vêtus de tuniques colorées, font des rituels, des incantations et autres appels aux forces de la nature". Pour lui, ces phénomènes font partie des coutumes françaises : "Nous avons une culture des Lumières et une culture des illuminés !"

Claude Arz dit être tombé tout petit dans la "marmite de l’étrange et des croyances traditionnelles". Son père était guérisseur et les rencontres qu’il a faites dès son plus jeune âge ont animé sa curiosité et son ouverture d’esprit aux groupes de gens parfois moqués, parfois redoutés, qui vivent en marge de nos sociétés.

Lyon, capitale de l’ésotérisme

Ses voyages l’on mené à Lyon, "évidemment", serait-on tenté de dire. "Lyon est une capitale de l’ésotérisme, c’est bien connu, s’exclame celui qui sera demain dans la ville pour parler de ses expériences. Tous les gens qui s’intéressent à l’alchimie viennent ici. Des cercles de réflexions, des réseaux, sont formés autours de la mémoire de Maître Philippe, dont la tombe est toujours fleurie au cimetière de Loyasse. C’est lui qui a capté les traditions occultistes de la fin du XIXe siècle, à Lyon."

La région n’est pas non plus exempte d’édifices mystérieux, au premier rang desquelles les galeries sous la Croix-Rousse, les fameuses "arêtes de poissons" et les catacombes sous Fourvière. Des dédales qui ont entrainé le développement d’une culture souterraine, dans tous les sens du terme.

Un peu plus loin de Lyon, entre Annecy et Genève, le Château des Avenières est aussi un haut lieu de l’étrange. "Sa chapelle d’Or est magnifique. Un ésotériste l’a fait décorer de grandes peintures illustrant les 22 arcanes du tarot divinatoire. L’endroit fait partie de ces châteaux alchimiques où des gens avaient des laboratoires, entre la Renaissance et le début du XXe siècle, pour tenter de recréer de l’or ou de trouver des élixirs de longue vie."

Toutes les informations sur les rencontres du mystère et de l’inexpliqué sur le site internet de l’évènement.

Article mis à jour le 13/06/2015 à 17h58.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut