Lil Dragon Shonen 1
© Elise Pailloncy

Lil’dragon, une danse des générations au Toboggan

Ce samedi à Décines, la compagnie Shonen fait vivre à des enfants, en temps réel, l’expérience de la transmission et d’un monde en devenir.

Lil’dragon, par la Cie Shonen © Elise Pailloncy

© Elise Pailloncy
Lil’dragon, Cie Shonen.

Né en Seine-Saint-Denis, Éric Minh Cuong Castaing est un chorégraphe qui vient du cinéma d’animation. Son travail mêle les nouvelles technologies (vidéoprojection, captation en temps réel, robotique...) au cinéma d’auteur, aux danses urbaines et à la photographie. Autant d’expériences qui questionnent la représentation de la danse et des corps ainsi que la notion de perception et de transformation.

Deux femmes et une nuée d’enfants

Lil’dragon, la pièce qu’il propose avec sa compagnie Shonen (mot japonais qui désigne un genre de manga) est une plongée trouble dans la transmission, sur fond d’arts numériques, de danses urbaines et traditionnelles. Sur scène, il fait se rencontrer une ancienne étoile du Ballet royal du Cambodge ayant fui la dictature khmère rouge et une danseuse hip-hop.

Elles incarnent deux manières d’être femme, deux formes de lutte et vont se trouver face à une nuée d’enfants tournés vers l’avenir, une humanité dansante qui devra intégrer son passé pour avancer. Recevant l’énergie des deux danseuses, leurs corps auront à réagir à la violence d’une histoire ou de plusieurs histoires pour exister et construire leur vie.

Virtuel et rencontres réelles

Lil’dragon, par la Cie Shonen © Elise Pailloncy

© Elise Pailloncy
Lil’dragon, Cie Shonen.

Le concept du spectacle est intéressant car participatif, faisant appel à chacune de ses étapes à des enfants issus du cru. 27 élèves d’une classe de CE2 de l’école Jeanne-d’Arc de Décines seront ainsi sur scène après avoir participé à une dizaine d’ateliers, au cours desquels ils ont pu approcher la danse butô, et à des répétitions avec la compagnie.

En évoquant cette rencontre de générations (augmentée par le dispositif numérique), le chorégraphe parle d’une naissance d’images nouvelles, d’icônes altérées illustrant nombre de projections mentales qui se répercutent sur les corps, donnant lieu à une chorégraphie pétrie de réel et de virtuel.

Lil’dragon – À partir de 7 ans. Samedi 14 mars à 19h30, au Toboggan, Décines.
à lire également
Anthologie du cauchemar, par le Système Castafiore © Karl Biscuit
Nous finissons cette année de spectacles en beauté avec une magnifique fantasmagorie aux Célestins, une facétie musicale à l’opéra et un portrait de femme déterminée qu’on ne peut oublier à la Maison des passages. Que cette beauté vous accompagne tout l’été.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut