Cantine centrale
©Tim Douet

Villeurbanne : la grève des cantines reprend

À Villeurbanne, après 10 semaines de mobilisation, la fin de la grève des cantines avait été votée mercredi. Pourtant, quelques agents ont déclaré jeudi soir poursuivre leur mouvement de grève. Une décision qui n’est pas du goût des parents qui attendent la venue de la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, ce vendredi.

Les parents d’élèves des écoles de Villeurbanne n’auront pas pu se réjouir bien longtemps de la levée de la grève des cantines. Hier, la mairie a annoncé qu’un certain nombre d’agents avaient l’intention de se mettre en grève ce vendredi 3 juin. Pourtant, la fin de la grève avait été votée, au cours de l’assemblée générale de la CGT, deux jours plus tôt, par 101 voix pour et 39 contre. Le service de repas chauds aurait dû reprendre aujourd’hui, mais dans les dix groupes scolaires Croix-Luizet, Edouard-Herriot, Antonin-Perrin, Jacques-Prévert, Tonkin, Jean-Zay, Château-Gaillard, Descartes, Jean-Moulin et Anatole-France, ce seront finalement des repas froids qui seront servis aux enfants. Les autres écoles bénéficieront de repas chauds.

Les parents d’élèves en colère

Une nouvelle qui passe mal chez les parents d’élèves. Sur la page Facebook Pour la fin de la grève des cantines à Villeurbanne, ils sont nombreux à s’indigner de la reprise d’une grève qu’ils croyaient enfin terminée. Alors que des discussions avaient été menées et un accord trouvé entre le personnel des cantines et la mairie, les parents ne comprennent pas le comportement des agents qui poursuivent leur mobilisation, pénalisant ainsi les enfants.

La mairie de Villeurbanne reçoit, ce vendredi, la visite de la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem. Elle devrait se rendre au Lycée de la Nouvelle Chance, à la rencontre d’équipes pédagogiques et d’élèves qui luttent quotidiennement contre le décrochage scolaire. Les parents d’élèves des écoles de Villeurbanne profitent donc de la venue de la ministre pour l’inviter à la kermesse de l’école Antonin-Perrin et pouvoir ainsi lui exposer la situation.

Faire défiler vers le haut