Bâtiment squat villeurbanne
© Rémi MARTIN

Villeurbanne : l'Amphi Z évacué ce mercredi midi

Le squat qui accueillait de nombreux migrants à Villeurbanne depuis plus d'un an et demi a été évacué par la police ce mercredi midi.

Les services de la préfecture du Rhône ont évacué ce mercredi midi “l’amphi Z ”, situé à Villeurbanne. Ce lieu qui accueillait depuis plus d'un an et demi 200 à 300 migrants était sous le coup d'une expulsion depuis un moment, la Métropole, propriétaire des lieux, souhaitant y faire des travaux pour bâtir le futur collège Cusset/Bonnevay, prévu pour 2022 “Cette évacuation se fonde sur une décision de justice du 10 mai 2019, qui a ordonné l’évacuation de ce squat (…) Outre l’application de la décision de justice susvisée, il a été constaté une nette dégradation des conditions de salubrité et de tranquillité publiques. Afin que cette évacuation se déroule dans les meilleures conditions, un diagnostic social et administratif de l’ensemble des individus installés sur ce site a été réalisé par les services de l’État en amont afin d’identifier les situations et vulnérabilités individuelles”, a assuré la préfecture du Rhône. 

Selon les services de l'État, “cette opération s’est déroulée dans le calme et sans incident”. Selon nos informations, il n’y a pas eu de violences même si l'évacuation a été assez sèche. “La plupart des personnes présentes n'ont pas pu récupérer les affaires, papiers, etc. Une négociation a eu lieu pour savoir qui pourrait venir récupérer ces effets personnels. Finalement ceux qui sont entrés pour récupérer les affaires n'ont pu récupérer que les leurs sur décision de la police. Ce que les autres personnes évacuées leur ont reproché créant alors des tensions”, nous confie une source sur place.

37 personnes se trouvaient dans les locaux au moment de l’évacuation (27 majeurs et 4 mineurs). Deux familles avec des enfants mineurs, identifiées comme vulnérables, ont été prises en charge par les services de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), pour qu'un appui social, dont un logement, leur soit proposé le temps de leur procédure de demande d’asile. La préfecture a par ailleurs fait savoir “qu'une aide au retour volontaire a par ailleurs été proposée à l’ensemble des personnes présentes sur site sans qu’aucune d’entre elles ne donne suite. 

à lire également
En l'espace de quelques semaines, l'expérimentation des bacs à fleurs sur les voies de bus en Presqu’île de Lyon aura réussi à mettre tout le monde d'accord comme elle. Après les voyageurs TCL, cyclistes, automobilistes, livreurs... c'est au tour des commerçants du Mouvement Carré Nord Presqu'île de se prononcer sur cette initiative de la ville de Lyon. Ils appellent aujourd'hui à une "vraie concertation sans précipitation, ni fébrilité".

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut