Victor Bosch, directeur du Radiant, à Caluire, et programmateur du Toboggan, à Décines, sur le plateau de « 6 minutes chrono », l’émission quotidienne de Lyon Capitale

(Vidéo) - Pour Victor Bosch "le Radiant est la cathédrale emblématique du spectacle populaire"

Victor Bosch est l'invité de 6 minutes chrono. Le patron du Radiant et du Toboggan revient sur la saison des deux salles de spectacles de la métropole de Lyon.

Lyon Capitale reçoit sur le plateau de son émission quotidienne "6 minutes chrono" Victor Bosch, l'emblématique boss du Transbordeur, aujourd'hui directeur du Radiant, à Caluire-et-Cuire, et programmateur du Toboggan de Décines.

Les deux salles de spectacles ayant leur propre politique culturelle, leur positionnement est très différent. "Le positionnement est déjà géographique, l'un est à l'Est, l'autre à l'Ouest. Grosso modo, le Radiant est plutôt la cathédrale emblématique du spectacle populaire, un peu le reflet de ce qui se fait aussi bien en chanson, qu'en musique, qu'en théâtre, qu'en cirque, dans toutes les disciplines. Le Toboggan a plus une mission culturelle de proximité avec des choses plus adaptées au public de Décines.

Pour résumer, "au Radiant, on peut voir un peu toutes les têtes d'affiches qu'on peut voir à Paris, au Toboggan on peut voir des choses plus en résonance avec le TNP ou avec des institutions plus basées sur la culture proprement dite."


Ce qui manquait à une ville comme Lyon, c'est d'avoir un lieu qui fédère tous les publics.
Victor Bosch, patron du Radiant (Caluire)


Cap à l'Est et cap à l'Ouest, Victor Bosch joue sur deux tableaux. Avec son carnet d'adresses que toute la profession lui envie, il jongle dans la programmation des deux salles de spectacles de la métropole lyonnaise. "Ce qui manquait à une ville comme Lyon, c'est justement d'avoir un lieu qui fédère tous les publics, c'est assez rare. Le Radiant a une configuration géographique qui permet cela c'est-à-dire qu'on peut peut faire IAM un samedi soir et Edouard Baer en semaine."

Et avec son passé de batteur du groupe Pulsar - souvent comparé aux Pink Floyd - qui connut un certain succès dans la seconde partie des années 70 , Victor Bosch pose son regard sur la jeune génération de musiciens. "La jeune génération joue beaucoup mieux que nous on jouait à l'époque." C'est dit.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut