Vendredi 13 pour Jeudi noir

Le collectif Jeudi noir qui dénonce le mal logement à Lyon depuis six mois vient de frapper une nouvelle fois vendredi 13 novembre. Il a dénoncé le manque de logements étudiants en direct depuis la résidence de la Madeleine, siège du Crous à Lyon.

6 500 logements étudiants dans le Grand-Lyon mis à disposition par le Crous pour 120 000 étudiants chaque année. A Lyon, le logement social étudiant permet seulement de loger 5 % de la population étudiante, c'est moins que la moyenne nationale à 8 %. Et les résidences étudiantes privées ne permettent pas de combler le manque avec une poignée de logements disponibles seulement, trois résidences à Lyon pour Alliade par exemple qui représentent 311 logements.

Aussi, vendredi 13 novembre, six mois après avoir dénoncé les listes payantes des agences immobilières qui profitent des jeunes sans le sous, le collectif Jeudi noir s'est attaqué à la question du logement social étudiant. Il a dénoncé le déficit de logements étudiants à Lyon en débarquant à quinze personnes au Crous de Lyon, rue de la Madeleine dans le 7ème, avec cotillons et déguisements. Le centre national des oeuvres universitaires (Crous) gère pour le compte de l'Etat, sous la responsabilité de l'académie, 4500 chambres étudiantes à Lyon.

Un membre de la bande de jeudi noir s'est adressée à l'accueil pour demander un logement étudiant, il a reçu une fin de non recevoir et la fine équipe s'est mise à poser la crémaillère de la jeune étudiante dans la liesse générale. Tout ça, au rez de chaussée du crous, haut lieu de la déprime étudiante en temps normal. (Voir le flash info de Lyon Cap TV du vendredi 13 novembre).

Mais contrairement aux apparences, ces nouveaux militants étaient très sérieux. Il s'agissait d'étudiants, principalement syndiqués, qui ont pu “se rendre compte, deux mois après la rentrée universitaire, que de nombreux étudiants n'ont toujours pas trouvé de logements“. C'est comme ça chaque année. Alexandre Faure, membre de Jeudi noir a logé l'année dernière deux copains pendant un mois pour les dépanner. Plus que l'orientation scolaire, le logement arrive en premier lieu dans la liste des préoccupations étudiantes chaque rentrée.

Pourtant depuis le rapport Anciaux en 2004, commandé par l'Etat, ce dernier, la ville et le Grand Lyon ont prévu la construction de 2000 logements étudiants supplémentaires dans l'agglomération à travers le contrat de plan état logement (CPER) 2007-2013. La moitié des programmes seraient déjà lancés selon la mairie.

Le récent Plan campus de Valérie Pécresse prévoit aussi la construction de 1600 logements étudiants supplémentaires à Lyon. Tout juste de quoi remonter la pente et atteindre la moyenne nationale à 8 % d'étudiants logés en logements sociaux étudiants à Lyon.

Le collectif Jeudi noir réclame, lui, une vraie reprise en main de la question par l'Etat qui propose de son côté aux collectivités territoriales de reprendre cette compétence à leur charge. Chacun se renvoie donc la patate chaude, pour longtemps ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut