Projet de rénovation du centre commercial de la Part-Dieu © DR
Projet de rénovation du centre commercial de la Part-Dieu © DR
Article payant

Urbanisme, projets, environnement… Quoi de neuf à Lyon en 2020 ?

Du chantier de la Part-Dieu au nouveau rôle du recteur d’académie en passant par les tarifs des TCL, petit tour d’horizon des nouveautés de l’année à venir à Lyon.

L’année 2020 sera tout sauf banale à Lyon. Elle sera électorale. Au printemps, les Lyonnais voteront même deux fois : d’abord, pour le prochain maire de Lyon, ensuite pour le futur président de la métropole. Les enjeux sont considérables. Il s’agit rien moins que d’imaginer et dessiner l’avenir des habitants pour les six prochaines années. Cette vision de l’avenir, le Grand Lyon l’avait formulée il y a quinze ans dans la démarche prospective “Lyon 2020”. L’objectif était de déboucher sur des propositions vouées à être reprises et à alimenter les prochaines mandatures, dans des domaines comme la gastronomie, la santé, la lumière, etc. Il y a eu la création du réseau des villes gourmandes Delice (2007), du festival lumière (2009), de la Cité internationale de la gastronomie (2019) ou encore la requalification des berges du Rhône (2007) et des rives de Saône (2013). Et si, sur la santé, la ville semble plutôt dans un processus de “désymbolisation” avec la transformation des hôpitaux en commerces, l’exemple le plus flagrant étant le Grand Hôtel-Dieu (2018), l’implantation du futur siège du Centre international de recherche sur le cancer à Gerland, dont les travaux commencent début 2020, pourrait être identifiée par les Lyonnais comme un futur emblème de Lyon. “On n’est pas dans la décroissance. Lyon bouge. On construit la ville pour les prochaines générations, avec des projets majeurs et structurants”, défend Michel Le Faou, le vice-président métropolitain à l’urbanisme.

Le plus gros chantier de la métropole

Le projet le plus structurant, justement, qui sortira de terre en 2020, sera le centre commercial de la Part-Dieu. Plus gros chantier de la métropole pour le plus grand centre commercial en milieu urbain d’Europe (36 millions de visiteurs annuels et près de 800 millions de chiffre d’affaires). Réhabilité et agrandi, ce “monstre de l’ère automobile”, dixit le cabinet néerlandais MVRDV, chargé de l’architecture, contemporéanisé et végétalisé, aura pour ambition de renforcer ses liens avec la ville et de s’ouvrir sur l’extérieur – “un belvédère sur la ville”. La ville est un organisme vivant qui ne cesse d’évoluer. Une ville qui arrête de construire est une ville qui meurt. Faute de place, elle doit se reconstruire sur elle-même. C’est tout le sens du vaste projet urbain de reconversion du quartier de la Part-Dieu, un projet à deux milliards et demi d’euros, ou de la Confluence, du Carré de soie ou de Vaise, autant de propos urbanistiques en cours.
URBANISME

Un nouveau visage pour la Part-Dieu

C’est le grand projet urbain de Lyon qui sortira de terre en 2020, plus précisément au cours de l’été. Si les travaux à la Part-Dieu sont loin d’être terminés – ils s’étaleront jusqu’en 2023 –, le centre commercial, voulu comme un “belvédère sur la ville”, affichera un nouveau visage. Son renouveau a pour ambition de renforcer ses liens avec la ville et de l’ouvrir sur l’extérieur, tout en proposant une nouvelle offre de commerces, de loisirs et de restauration. Un jardin suspendu va voir le jour au sein du bâtiment et ses entrées vont également être repensés, rue Servient, boulevard Vivier-Merle et rue Docteur-Bouchut, avec des espaces publics plus aérés. Trois grands escaliers faciliteront également l’accès, en mettant fin à l’aspect très rectangulaire du bâtiment. À terme, le centre commercial s’enrichira de 32 000 m2 de surface supplémentaire, pour accueillir 80 nouvelles boutiques et restaurants et un nouveau cinéma multiplexe UGC de 18 salles sur le toit, qui ne servira plus de grand parking.Avec de nouveaux restaurants25 enseignes y prendront place, dont un Copper Branch et ses menus 100 % végétaux, l’italien Roberta qui proposera également une épicerie fine et Canard Street, le canard sous plusieurs formes, burger, tartare… Au deuxième étage, la Food Society sera composée de dix kiosques où les jeunes chefs pourront se lancer et expérimenter.
2 questions à Winy Maas, fondateur de l’agence d’architecture MVRDV, chargée du projet du centre commercial de la Part-Dieu

Comment avez-vous imaginé le projet ?

Dans le cadre d’un plan urbain plus large de la zone entourant le centre commercial Part-Dieu, nous avons adopté une approche de la conception de Lyon Part-Dieu pour la rendre à taille humaine et intégrée au tissu urbain. Le projet répond au besoin d’un centre commercial plus poreux et contemporain qui permette à la vie quotidienne de s’y intégrer. Cette audacieuse démarche vise à reconnecter le centre de Lyon Part-Dieu avec son environnement immédiat. Les rooftops deviendront des espaces de loisir et de rencontre avec des panoramas remarquables sur la tour métallique et la basilique de Fourvière.

Quel sera le geste architectural ?

Ce sera un geste physique et symbolique valorisant l’identité du quartier et annonçant la porte d’entrée d’une Lyon Part-Dieu revitalisée. Les panneaux de béton anciennement beiges recevront un revêtement blanc antisalissure, donnant à la façade un aspect frais et contemporain. Lorsque le bâtiment sera agrandi, le motif de rectangles enchevêtrés continuera sur la nouvelle enveloppe tout en “s’évaporant” aux différentes entrées.

Il vous reste 80 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut