Elevage de lapins © L214

Une nouvelle enquête de L214 dans un élevage de lapins

L’association basée à Lyon vient de publier une nouvelle enquête sur un élevage de lapins en Bretagne à la veille de l’examen d’un projet de loi sur la souffrance animale.

Alors qu'une proposition de loi demandant “des premières mesures d’interdiction de certaines pratiques génératrices de souffrances chez les animaux et d’amélioration des conditions de vie de ces derniers”, va être examinée à l’Assemblée nationale le jeudi 1er octobre en Commission des affaires économiques et le jeudi 8 octobre 2020 en séance publique, l'association L214, basée à Lyon, a révélé une nouvelle vidéo sur un élevage de lapins situé dans le Morbihan.

“Cet élevage détient près de 3 000 lapines reproductrices, six fois plus que la moyenne française. Inséminées tous les mois et demi, ces lapines reçoivent des hormones PMSG, hormones issues du placenta de juments gestantes. Ces images révèlent les conditions de vie terribles des lapins : des cages surpeuplées, un sol grillagé, la promiscuité, la privation de comportements essentiels, les maladies, les mortalités élevées… Ces images ne sont pas celles d’un « cas isolé » : en France, 99 % des lapins sont élevés en cage”, écrit l'association de défense des animaux.

Quelques jours avant les discussions à l’Assemblée, cette enquête vise à ce que les députés aient à l’esprit le sort des millions d’animaux entre leurs mains. En effet, 80 % des animaux abattus chaque année sont enfermés dans des élevages intensifs sans aucun accès à l’extérieur. Ces pratiques sont effroyables et 89 % des Français demandent d’y mettre un terme”, a déclaré Brigitte Gothière, cofondatrice de L214.

2 commentaires
  1. twdmnd - mer 30 Sep 20 à 10 h 41

    "89 % des Français demandent d’y mettre un terme”
    Qu'ils arrêtent d'acheter de la viande industrielle pour s'orienter vers de petits élevages locaux, l'offre dépends surtout de la demande...

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Abolition_de_la_monnaie - mer 30 Sep 20 à 12 h 29

      Le prix n'est pas le même (et souvent, seul le prix compte, surtout dans les grandes surfaces), les "petits élevages locaux", si le consommateur n'a pas accès à "comment, où" il restera dans le doute, sans parler de tous les restaurants et autres plats déjà cuisinés où l'origine du pays est indiquée mais pas les conditions car ce n'est pas obligatoire, contrairement aux oeufs.
      Le marché est toujours un jeu de dupes 🙂

      Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut